La marche de l'assassin

Aller en bas

La marche de l'assassin Empty La marche de l'assassin

Message par Jackal le Mer 10 Sep 2008 - 23:46

Thear, terre magnifique dont la beauté sauvage ferait presque oublié les nombreux dangers qui guettent les voyageurs imprudents. Loin de la capitale, un desert presque infinis s'étend à l'horizon, pourtant, un peuple à réussis a dompter ce milieux hostile, il s'agit bien sur des coeurs, peuple fier à juste, raison, et conquérant de Thear. Les coeurs sont avant tout un peuple de guerriers, et leurs étranges pouvoirs liés au feu ne sont pas du tout a prendre à la légére.

Dans son imposant chateau de pierre; le seigneur Ar'Kass montait avec lassitude les marches du donjon en repensant au évenement de la journée. Troublante journée pensa t'il, vraiment étrange en y repensant. Plus tôt dans la journée un messager était venu l'avertir d'une très grave nouvelles. Un haut personnages carreaux avait été assassiné la veille, et tout les indices accusait les coeurs; le peuple carreaux avait bondis en entendant cela, et réclamait vengeance. Ar'Kass était un seigneur qui, bien que possédant un petit domaine été fort respecté dans tout Thear, notament grace a un sens aigu de la politique. Or ce sens aigus de la politique lui disait de garder une bonne entente et de construire des alliances solides. Il n'aimait pas les piques: trop différent de lui, trop tourné vers le progrés; alors que lui ne vivais que pour le respect des traditions, et puis de toute facons l'eau et le feu ne sont ils pas opposé l'un a l'autre. Dans cette logique là il se disait qu'il valait mieux une alliance avec les carreaux ou, dans une moindre mesure les trefles; Ces trois culture étant suffissaments proches pour arrivé a un accord rapide. Il esperait de tout coeur que cette nouvelle ne compremettais en rien ces projets de conquéte, qu'il entendait bien faire entendre au roi.

Enfin arrivé au sommet de sa tour où il vivait seul depuis maintenant quatre ans, il se jura d'habiter une autre pièce du chateau. Sa chambre était somme toute assez modeste, décoré simplement avec un mobilier qui aurait put paraitre indigne pour quelqu'un de son rang; mais Ar'Kass été comme cela, il n'aimait pas le faste et detestait tout ce qui été superficiel en regle géneral. Il s'assis dans son fauteil et commenca a se questionner sur la tournure qu'allait prendre les évenements; l'avenir était toujours si incertain. Rien ne pertubait sa reflexion, mais une voix se fit entendre perçant les ténebres qui enveloppait peu à peu la piéce, desormais éclairé par une simple bougie.


Monseigneur la voix n'était pas particulierement menaçante mais était tellement innattendu que Ar'Kass sursauta. comme pour le rassurer la voix se fit de nouveaux entendre.

Monseigneur je suis un envoyé du peuple des carreaux, je ne vous veux pas de mal, je dois juste vous parler . Et jackal sortis d'un coin de la piece, tout doucement; tel un fantome sortant de nulle part.

_ OU VOUS ETES VOUS CACHEZ ?? IL N Y AVAIS PERSONNE QUAND JE SUIS RENTRE !!!

_ Vous avez du mal regardé, et je vous prierez de parler moins fort, ma venue est, et dois resté secrète

_ Qui me prouve que vous êtes bien un carreaux d'abord ?

_ Ceci devrais vous convaincre... ( tout en parlant Jackal se métamorphosa en aigle, puis quelques secondes après reprit sa forme initial)

_ Pourquoi venez vous me voir, cela a t'il un lien avec le drame dont on viens de me parler, ce vieil homme qui c'est fait soi disant assassiné chez lui par des coeurs.

_ Ce n'est pas l'objet de ma visite, cela est pour l'instant une affaire d'état, mais nos services soupçonnent l'oeuvre de piques qui aurait employé un subterfuge pour vous faire accusé.

_ Ah ces sales piques!!! mais alors si vous n'êtes pas là pour ça; pourquoi me voir ? Pas pour me tuer ?

_ Si j'avais voulus vous tuer, je l'aurais fait au moments ou vous avez ouvert la porte, et j'aurai disparu avant que vous touchiez le sol. Je suis ici pour savoir si les coeurs nous assure de leurs soutien, que je puisse rassurer mon empereur et vous dicter une lettre à l'attention de votre roi

_ bien sûr vous pouvez compter sur moi, mais pourquoi moi justement ?

_ je sais que vous êtes influents, et puis je ne peut pas aller voir votre roi directement sans éveiller des soupçons et risquez de me dévoiler auprès des piques.

_ Bien sur, je comprends parfaitement... Alors et cette lettre que je dois écrire.

_ Vous comprenez que je suis dans l'urgence nous ne pouvons nous permettre d'attendre plus longtemps, qui sait ce que nous auront à déplorez comme perte la prochaine fois. Aussi je vais vous demander d'être très insistant, vous saissisez?

_ Oui, mais dépechons nous chaque seconde compte.



La rédaction de la lettre commenca, elle avait le style d'une supplication quand on sait sa derniere heure arrivé. Mais a peine Ar'Kass eut t'il écrit les premiers mots, que Jackal lui repris la feuille et quelque gouttes tombèrent sur la feuille qui avait vraiment l'air inquiétante maintenant. Jackal lut la lettre à haute voix:

_
" Cher roi
si je vous écris c'est que l'heure est grave,
l'ennemis piques est maintenants partout, et il ne se cache plus,
je sens un danger qui planne sur ma tête, mon roi.
Je peux presque le sentir, il vont bientôt venir pour me tuer
Ô mon roi je vous en supplie"

la suite est illisible a cause de l'encre, bien c'est parfais. Maintenant je peux voux expliquer le plan avant que nous poursuivions.

_De quelle plans parler vous ???

_ Je vous explique, je vais tuer trois personnes: un carreaux, un coeur, et un tréfles. Et a chaque fois je vais laissé la signature d'un autre pays. De cette maniere la guerre sera imminente et il ne restras que trois possibilités
1) les pays se rendent compte que seul les piques sont épargnés, et vont donc croire que c'est lui qui est derriere tout ça. les pays vont s'allier contre lui; et se sera la fin de Pesda, dont la technologie est vraiment contrariante.
2) les pays restent dans l'optique que seul le signes est valables; et par conséquent chaque pays va attaquer et se faire attaquer en même temps. Les tensions sont déja bien grandes, un simple assassinat peut faire plonger le monde dans le chaos. la situation actuelle n'est telle pas des plus amusante.

_ Que faites vous de la troisième solutions: celle ou on comprend votre petit jeu

_ C'est l'hypothèse la moins probables, les pays se detestent trop pour reflechir et la haine entraine inévitablement les guerres et les confit. Mais bon, dans ce cas je continue les assassinats en me cachant d'un pays à l'autre. Et jusqu'ici cette vie m'a bien réussie. Je suis tellement heureux, mais les preparatif de la féte ne sont pas encore finit. Par exemple je dois encore vous tuer ...


en un éclair, Jackal fondit sur Ar'Kass, les lames de vents au bouts de ses doigt empecherent Ar'kass de se défendre. et en une fractions de seconde ce dernier passa a travers la vitre de la chambres. la chute le tuant net; jackal se penchat et souris; c'était vraiment trop simple. il m'y bien la lettre en évidence sur le bureau et réajusta les gants qu'il avait excéptionnellement porté. Puis il pris l'encrier et traca un grand pique sur la porte de feu le seigneur de ce chateau; il souffla l'unique bougie de la pièce, et s'envola sous la forme d'un aigle majestueux sous le ciel étoilé de Thear, se dirigeant tranquillement vers sa prochaine victime.
Jackal
Jackal
Sept de Carreau
Sept de Carreau

Masculin
Nombre de messages : 156
Age : 29
Localisation : entre les ténèbres et les profondeurs de ton être
Date d'inscription : 05/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum