La rapport entérré, l'inconnu dans le noir (ou presque). [CLOS]

Aller en bas

La rapport entérré, l'inconnu dans le noir (ou presque). [CLOS]

Message par Miki L. le Jeu 18 Sep 2008 - 11:18

Une porte dans le lointain s’ouvrit dans un grincement paresseux, s’étirant et ce répliquant à l’infini dans chaque recoin de la sombre salle. Des bruits de pas suivirent, étouffé par ces milliers de rayons couverts de poussières qui faisaient de cette cave un dédale absolu, ou la lumière et le bruit n’avaient pas leur place. Les pas poursuivirent leur chemin dans le noir durant un instant avant de s’immobiliser et de repartir d’un air hésitant. Un instant on aurait pu croire que l’improbable visiteur allait repartir, mais un doux vrombissement suivi d’un crépitement tenu indiquait que le générateur venait d’être activé. Les vieilles lampes à incandescence commencèrent à jeter leur faible lueur épuisée, comme à contre cœur.

Et la pièce fut révélée, une allée centrale s’étendant à perte de vue, courant sous le palais, bien en dessous des caves, bien en dessous d’aucune pièce jamais inscrite sur les plans du chef lieu du gouvernement Pique. Et de chaque coté, avalée par les ombres, ou les créant par elles même, jalouse de leurs secrets, des étagères couraient démesurément, ployant sous le poids de leurs contenus. Des cartes mémoires, des disques, des livres et des parchemins se partageaient les rayons, narguant les visiteurs derrière leurs vitres blindées. Toutes les connaissances amassée par des générations se trouvaient rassemblées ici bas. Mais aussi tout les plus futiles secrets de la nation, ses savoirs, ses expériences, ses enquêtes, ses dissimulations.

En principe il fallait l’autorisation du président et du conservateur pour pouvoir se plonger dans la colossale base de données du gouvernement, cela signifiait que c’était totalement impossible à moins de faire parti du dit gouvernement ou d’être un chercheur réputé sur les quatre continents. Ceux qui avaient eu l’honneur de pénétré dans la bibliothèque gouvernemental devaient se compter sur les doigts de la main, et encore ils n’avaient étaient autorisés à ne s’aventurer que dans certaines parties, concernant leur domaine de compétence, allant de l’astrologie à l’entomologie.

Ce n’était bien évidemment pas le cas du visiteur, il n’avait l’autorisation d’aucun des deux partis et semblait fort s’en moquer, pire encore les bruits de pas avaient amplifiés, il s’approchait. Soudain il s’arrêta. Puis reparti vers la gauche, quelqu’un qui connaissait la bibliothèque par cœur, le conservateur par exemple, vous aurez juré que l’inconnu avait emprunté le passage S12.36. Le passage S12.36 ressemblait en tout point aux autres, un passage exigu que la lumière ne parvenait pas à atteindre, coincé entre deux autres étagères menaçantes, patinées par les ans et couvertes de poussière. Seulement après avoir écarté quelques toiles d’arachnides on s’apercevait bien vite que l’on se trouvait dans un endroit où l’on n’aurait pas du se trouver…

A moins bien sur que vous ne fassiez partie de la défense secrète Pique, avec l’aval du Président, et que vous n’ayez une très bonne raison de vous trouver là. Le passage S12.36 renfermait tout les rapports d’espionnage depuis la création de cette branche d’activité, il y a quelques siècles. Autant dire que l’intrus n’avait vraiment rien à faire là, enfin du point de vu Pesdan. Le problème étant que la garde qui devait habituellement garder l’entrée de la Grande Salle se trouvait à milles lieux de cette tâche. Surement quelque part dans la ville à se battre vaillamment…

L’inconnu resta dans cette zone environ une demi-heure avant que le bruit de ses pas ne revienne hanter la salle, il s’arrêta quelque part que l’on pouvait approximativement placer à une vingtaine de mètre de l’entrée, qui était aussi la sortie en l’occurrence. Puis ils repartirent et disparurent. La porte n’ayant pas grincée, on pouvait aisément en déduire que les pas avaient conduis l’homme j’jusqu’a un nouveau rayon parallèle. Dans cette zone se trouvait l’archivage, l’index de toutes les entrées et sorties de documents ou de visiteurs ainsi qu’un compte rendu minutieux de leurs faits et geste durant le laps de temps où ils se trouvaient dans une des parties sensible de la bibliothèque.

Allez savoir ce qu’il faisait là dedans, mais au moins ce n’était pas classé secret défense. Il y resta bien plus longtemps que précédemment, au moins une heure, mais le temps pouvait difficilement être évalué à quinze mètre sous le sol. Les pas finirent par réapparaître et se dirigèrent cette fois ci droit vers la porte. Elle grinça quelques secondes plus tard et se referma avec un grondement sourd qui se répercuta dans toute la cave. La lumière s’éteignit…

Et quelques secondes plus tard une lueur vacillante fit son apparition entre deux rayons. Le conservateur sorti de sa cachette, courbé par les ans, tenant une lampes torche d’une main incertaine. Il fallait absolument qu’il voit ce que la personne avait consulté. Il s’engagea dans S12.36 après une courte prière à l’adresse du joker et parcouru le rayon de long en large durant prés de deux heures avant de trouver. Il manquait un rapport, le conservateur ne se souvenait pas de quand il datait, mais il se rappelait qu’il était écrit sur un parchemin d’origine non pure. Un agent infiltré chez ces barbares faisant état d’un meurtre. Le nom lui échappait mais la victime avait attirée l’attention car elle était un as métissée, mais avant cela elle était aussi à moitié Pesdane.
avatar
Miki L.
Joker des Métissés

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 31/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum