Sonate au clair de lune

Aller en bas

Sonate au clair de lune

Message par Miki L. le Mar 4 Nov 2008 - 13:56

Une vague roula paresseusement sur le sable argenté, se languissant sous le clair de lune. Le vent faisait bruisser les végétaux alentours, répandant leurs doux murmures jusqu’au sens tourmentés de ceux qui écoutaient battre la nuit.
Si la plage était illuminée par la lumière sélénienne, la mer elle se perdait vide dans l’obscurité et ses flots noirs s’enfonçaient dans l’inconnu, jusqu’à l’aube. On aurait cru ce lieu coupé du temps, coupé du monde et de toute sa cruauté qui vous attendrait toujours, là, aussi loin fuiriez-vous, plus fidèle que tout autre…

Tout cela était si apaisant, si rassurant, et le vent semblait calmer ces brûlures. Il était là depuis de nombreuses heures, depuis la disparition du grand astre, qui allait poindre de nouveau d’une minute à l’autre. Nul autre n’était présent, il aurait aussi bien pu être seul sur ces terres, cela n’aurait changé en rien. Il l’avait souhaité si longtemps, victime de cet autre lui, il avait espéré se retrouver enfin seul un jour, il l’avait imaginé. Un moment de paix où il reposerait en paix, sans crainte de l’autre, sans crainte de blesser un autre. Il l’avait recherché sans le trouver.

Le Joker venait de réaliser que ce n’était pas lui qui l’avait poursuivie, la solitude l’avait entourée subrepticement, de sa si lente, si infiniment lente, étreinte. Et il ne s’en était même pas aperçu avant de remarquer qu’elle était la seule à marcher à ses côtés dans le sable glacé.

Était-il possible qu’il ait jamais souhaité cela, préférer l’oubli et le vide à sa vie aussi dénuée de sens fut-elle. Non le prix en était bien trop élevé, on devait tout lui céder, elle n’admettait aucune concession. Ce qu’il avait à perdre représentait donc tant à ses yeux qu’il ne puisse simplement tourner les talons et les laisser aux vents. Si proche, et la volonté lui manquait.

Ses yeux se portèrent vers le centre de l’île. C’était là-bas que restait tout ce qui pouvait encore le rattacher à ses illusions.

La vérité c’était qu’elle lui manquait terriblement, il mourrait d’envie de retourner dans son palais, autant qu’il désirait mettre enfin un terme à tout cela. Pourrait-il un jour retourner voir Mary-Kate avant que tout ne soit fini ? Elle ne lui pardonnerait jamais.

Il s’affala sur le sable.

Il n’y avait aucune rédemption quand on a l’infini pour payer. Au final cette seconde existence n’était qu’une chute de plus, mais celle-ci n’avait pas de fin, voilà toute la différence entre la vie et la mort. Et le seul moyen d’en sortir était de retourner au néant.

Mickaël se décida enfin. Il retournerait chez lui.

Le soleil se leva sur la mer, faisant ressurgir toutes l’immensité de ce monde coloré pour tant d’autres.
Il se levait encore, inlassable.


[je m'ennuyais ce matin XD, alors un petit passage transitif]
Miki L.
Miki L.
Joker des Métissés

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 31/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum