L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Aller en bas

L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Message par Le Pendu le Dim 11 Jan 2009 - 20:33

Quelque part, au plus profond des montagnes d'Huen …

Un homme se concentre, ignorant les centaines de cliquetis s'égrenant dans son dos. Des centaines d'horloges aux complications inusuelles s'accrochent à des pitons enfoncés dans les murs, ou rampent à terre en essaims, dévisageant l'artisan de leurs cadrans pâles à travers la pénombre éternelle de l'enfer. Il les a toutes oubliées. C'en est une autre qui l'intrigue.

Un homme, disais-je ? Plus qu'une Carte en pouvoir et en longévité, sans doute. Mais tellement moins en émotions …
Un homme, disais-je ? Admirez son travail, et jurez-moi que c'est là œuvre humaine.

Penché sur un antique établi creusé à même la paroi, à la lueur vacillante d'une lampe à huile jaillie d'on ne sait quel passé, il prend des notes, il observe. Sur son bureau s'entassent en foule inouïe diagrammes, tableaux de valeurs, théories griffonnées et constats, entre les deux monumentaux coffrets où sommeillent bien classés, inutiles, rouages, mouvements et estrapades. Seul l'un des minuscules outils métalliques, sans nul doute œuvre d'un homme aussi bien versé en artisanat qu'en torture, manque à l'appel. Son emplacement est trop petit pour recevoir un objet destiné à être manié par un humain.
Pourtant, l'horloger semble s'en tirer sans mal. Tandis qu'il tourne les molettes d'un fruit d'or, et observe ses réactions agacées, il recopie prestement les suites de symboles obtenues, sur des feuilles de papier encore vierges, avec sa deuxième paire de membres antérieurs. La prothèse conçue par ses soins s'adapte merveilleusement bien à sa pince, lui permettant de manier un stylo d'une main chitineuse dépourvue de pouce opposable. Ses yeux à multifacettes se montrent eux aussi des plus remarquables, lorsqu'il s'agit de mirer à la fois ses écrits et la sarabande indomptée des dessins : l'artefact, frénétique, ne laisse pas au chercheur de répit.

Un homme, disais-je ? À la fois plus et moins qu'un homme : un Atout aussi passionné qu'opportuniste.
L'archange des horlogers.
Le Pendu.


L'artisan, enfin, quitte son masque d'insecte, et ses pinces se rétractent dans sa chemise ouverte. L'heure n'est plus à l'expérience. Il reprend ses traits humains si confortables, pose la boussole dorée dans un angle de son plan de travail, survole ses notes du regard, puis contemple pensivement l'impénétrable paroi qui lui fait face. Qu'a-t-il appris du don de l'Atout Savant au cours de cette petite éternité de recherches ?

Orné de 3 écrans transparents, l'objet permet la formulation de "mots" de 3 caractères, ces caractères étant puisés dans un alphabet de 120 signes (120, nombre comportant à la fois 5 et 12 parmi ses diviseurs … Amusant.).
Chaque cadran ne comportant toutefois que 40 signes, les doublons étant absents, le nombre total de combinaison est de 64000 agencements.
Une fois le mot composé par l'utilisateur, l'objet, au bout d'un délai variable -fait surprenant en soi- de l'ordre de la seconde, s'active, et renvoie une suite de 6 mots de 3 lettres, avant de revenir à la configuration donnée par l'utilisateur.
Le temps de composition de chaque mot est de l'ordre de la seconde, chaque mot restant affiché pendant environ 0.5 seconde. L'objet cesse alors d'émettre l'infime bourdonnement caractérisant sa marche et redevient inerte.
Le nombre total de réponses de la part de l'objet s'élève donc à 68719476736000000000000000000.

Ces réponses semblent être composées aléatoirement : aucune corrélation apparente n'existe entre le mot entrant et la phrase sortante. La suite des phrases sortantes ne semble pas admettre de logique interne. Un même mot entrant peut être associé à plusieurs phrases sortantes, et réciproquement.

Rien de plus.


Malgré la débauche de talent, de rigueur et d'ingéniosité déployée, le Pendu devait se rendre à l'évidence :
la mécanique subtile, qui aurait pu se tenir dans le creux de sa paume, lui renvoyait depuis son banc de ténèbres un reflet railleur.
Car il n'avait pas la moindre idée du fonctionnement interne du cadeau de Cheryri.

Oh, bien sûr, il lui restait toujours des hypothèses à formuler, des expériences à tenter, des liens à établir. Mais toutes ces constructions logiques resteraient purement mathématiques, froides, mortes. Face à l'œuvre d'un autre génie, son arme la plus fine et la plus puissante lui faisait défaut.
Son intuition l'avait abandonné.


Alors, tandis que l'esprit du Pendu erre, son regard fait de même. Il glisse nonchalamment sur les innombrables machines cliquetantes -combien l'homme en a-t-il vaincu ?...-, sur le sol et les parois de pierre d'un noir dépourvu d'âme, sur le boyau à gauche qui s'estompe dans la vaste pénombre. Les tréfonds de la grotte de l'Atout, où sommeillent ses plus surprenantes conceptions … et quelques reliques d'un autre âge. Un poussiéreux matelas en herbes tissées, d'artisanat Trèfle. Des boîtes de métal garnies de sachets de thé. Quelques balais. Une bouilloire. Pas grand-chose dans le vide de la caverne : le Pendu erre si souvent sur Decenta Emdor qu'il n'a guère besoin d'entretenir cette retraite. La qualité de préservation de Huen y suffit. Tout ce qui pénètre dans cet enfer est mort. Pas de moisissures, pas de parasites autres que les Atouts. Juste la poussière qui s'accumule lentement, très lentement, sur les choses et les êtres.
L'inspiration du Pendu ne s'y trouve pas.

À sa droite se trouve l'entrée de la caverne. Une ouverture basse et grossière, qui donne sur un paysage anonyme de sentiers rocailleux -noirs, toujours noirs, la couleur n'a pas sa place ici. On ne voit aucune âme arpenter ces chemins : le Pendu y a veillé. Il s'est installé au plus profond du Labyrinthe, ce dédale de falaises abruptes qu'il s'est choisi comme domaine : les mortels ne trouveront pas plus le Doute que la fin de l'errance, la certitude d'être sur la bonne route, la confiance. Les autres Atouts, eux, ne voient pas d'intérêts à ces régions stériles, et ne s'y aventurent qu'exceptionnellement. Le Pendu choisit ses fréquentations avec soin.

Depuis l'intérieur on ne voit même pas le ciel au dessus du Labyrinthe. L'une des rares merveilles inoffensives de ces terres, pourtant. Un délicat camaïeu de gris, de noir et de blanc, une immense ecchymose nuageuse à la clarté changeante, qui dispense aux âmes errantes une lueur troublée qui estompe l'impression de distance. Certaines légendes prétendent qu'il n'y a pas de soleil au-dessus de ces nuages, ni d'étoile : que la lueur de pleine lune qui pleut depuis les nuages est engendrée par eux.

Les Cartes content tant de sottises.
Elles assimilent créateurs et bienfaiteurs, ou croient à la vie éternelle par-delà la mort.
Decenta Emdor est le royaume de l'absurde, des actes irrationnels, des guerres cent fois répétées, des massacres perpétrés glorifiés en même temps que maudits. Un monde morne, dont la seule utilité est de fournir au Pendu des sujets de réflexions.

Alors un large sourire se répand lentement sur le visage du Doute, un horrible sourire cruel, car son second intérêt du moment vient de se rappeler à sa mémoire.
Sxib.
Un Joker assassin. Un immortel tueur de mortels, un démon.
En un mot : un Atout, selon la plupart des croyances. Sottises. Quel intérêt peut-on avoir à abréger la vie des mortels ?...

Oui … Pourquoi abréger la vie des mortels ?...


L'aléthiomètre dort sur un coin de l'établi. Le Pendu regarde sans la voir l'ouverture de sa cave. Il a trouvé un nouveau divertissement.
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Message par Cherry le Ven 23 Jan 2009 - 6:13

Est-ce que je dois en rire?

Un homme, différent du premier cité précédemment, avançait d’un pas léger et rapide à travers des champs de noirceurs infinies, à travers des millions et des millions de cailloux gris et noirs, à travers le Froid, la Peur, l’Angoisse et la Terreur, à travers Huen. Il était une tache gaie au milieu du royaume le plus triste qui soit, une tache rose et mauve. Et un sourire.

Il semblait évident que cet homme n’appartint pas au domaine qu’il parcourait : il y était aussi étranger qu’une rose dans un dépotoir industriel. Et pourtant, ne dit-on pas que la fleur de lotus pousse au milieu de la vase? Un objet sphérique se détacha de la main blanche du marcheur, tomba sur le sol sans un bruit, un objet qui avait commencer à se dégrader dès l’instant où les doigts blafards l'avait lâcher. Une cerise.

L’homme s’arrêta sans un bruit, sans se débarrasser de ce sourire et sans esquisser ne serait-ce qu’un mouvement qui eut pu prouver qu’il avait trouvé ce qu’il cherchait – si, bien entendu, il cherchait quelque chose. Il effectua un demi-tour sur lui-même et commença lentement à entrer dans le sol, du moins c’était l’impression qu’il donnait. À vrai dire, le sieur descendait tranquillement un corridor.

M’esclaffer, peut-être?

Une main contre l’ouverture béante et glaciale qui l’accueillait, il passa la tête à l’intérieur, brusquement étourdi par le vacarme silencieux que produisaient tous les mécanismes horlogers de l’endroit. Ces horreurs qui calculaient tous avec une minutie inutile un autre concept complètement inutile : le temps. D’un claquement de langue sec et distingué, l’intéressé signifia sa présence à son nouvel hôte.

« Bonjour Machtias. »

De sa main droite, il se découvrit et jeta sa coiffe sur l’établi, sans aucune considération pour les instruments y trônant. Si un malheur devait arriver, il ne serait pas irréparable. Pas pour lui. Pas pour le Pape, l’Atout Savant.

Cherry avança vers son frère de circonstance et se pencha par dessus son épaule, couvrant les petites installations de la douzième arcane d’un regard intéressé. D’un seul œil. Tout sourire, il recula et s’adossa au mur derrière lui. Machinalement, il porta sa paume contre son autre œil. Son pourtour était bleui, presque noir, dans un cercle presque parfait. Un demi raton-laveur.

« Tu as découvert quelque chose d’intéressant? »

Raconte-moi, raconte-moi tout, qu’on puisse en plaisanter ensembles.

Une horloge sonna, quelque part dans la pièce. Un coup. Cherry croqua un fruit. Deux coups. Ses dents se battirent contre le noyau. Trois coups. Un liquide cramoisi s’écoula le long de la gorge de l’Atout. Quatre coups. Le corps mort, complètement nettoyé, fut recraché. Cinq coups. Projeté dans les airs d’une chiquenaude. Six coups. Valsa contre une pendule, rebondit sur le sol. Sept coups. Roula, roula jusqu’à s’arrêter. Huit coups…

Justice.

L’horloge de la fin du monde avait rendu son verdict.
Cherry
Cherry
Le Pape
Le Pape

Masculin
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Message par Le Pendu le Dim 25 Jan 2009 - 19:10

Il ne fallut, selon les horloges, que quelques fractions de seconde au Pendu pour abandonner, presque à regret, sa rêverie de sang et de pouvoir. Une simple fraction de seconde, pour qu'un esprit passe du monde des Jokers à celui des Atouts, de celui de la Vie à celui de la Mort. Performance dérisoire, que les mortels ont, depuis bien longtemps, surpassée.

"Oh, bien sûr, Cherry !"

Le Pendu souriait, toujours. Mais la crispation des lèvres qui révélait ses dents parfaites et alignées différait sensiblement de celle qu'il arborait en songe : il y avait quelque chose de plus pur, de plus joyeux, de plus sincère dans celui destiné à Cheryri. Quelque chose de meilleur. Quelque chose de plus travaillé, peut-être.

"Tu es en retard sur ce point. Cela fait bien longtemps que j'ai découvert la psychologie, l'ethnologie, Zoveda, l'horlogerie et ta propre personne !"


Au milieu des horloges, indifférent au chaos stochastique engendré par le Pape dans la perfection relative de son bureau, Machtia dévisagea, avec un détachement notable, la carapace luisante du seul être sincère des lieux. Puis son regard vide revint à son ami.

"Quant à la montre que tu m'as offerte, bien qu'elle mérite ce qualificatif, mon audace n'irait pas jusqu'à m'en attribuer la découverte ! Tout le mérite te revient, mon cher, pour avoir trouvé un jouet dont la seule caractéristique ouvertement affichée est son impénétrabilité. Félicitation ! Hé. Hé. Hé. Hé. Hé. Hé. Hé. Hé."

Un ricanement en huit notes, étouffé et trop grave pour la voix qui le soutenait. Autant que de coups sur l'horloge anonyme, mais la Douzième Lame s'en était-elle seulement rendu compte ? Nul ne l'aurait nié : les passeurs d'âmes du monde de cartes étaient intrinsèquement liés à leur royaume, si bien qu'ils finissaient par en présenter des traits propres. Il serait faux de croire que le vieillissement épargne les Atouts : avec chaque année qui passe, la Maison-Dieu devient plus patiente, l'Amoureux plus passionné, et le Pape plus savant.
Le Pendu ne sentait plus depuis bien longtemps le froid et l'atmosphère de mort qui imprégnaient Huen ; mais cela faisait des millénaires qu'il y amassait des horlogeries baroques. Pourquoi l'enfer l'aurait-il épargné en retour ? La vengeance de milliards de montres volées ne pouvaient-elles pas atteindre même un dieu, le rendant chaque année plus routinier, plus mécanique, moins humain ?
Carte, tu es poussière : tu retourneras à la poussière.
Atout, tu es ta terre, et tu te confondras avec elle.

Oui, les Atouts vieillissent. Mais d'une vieillesse que la mort jamais ne couronne.


Le rire endémique au Pendu s'arrêta net après l'éclat huitième, tranché avec une précision chirurgicale.

"Par tout ce qui est intrigant, Cherry, qu'a donc ta main de si impressionnant pour que tu l'étudies avec tant de fascination ?"

Le sourire du Pendu s'était peut-être à peine estompé, mais, quelque part sur la roche, une aiguille ralentit, puis s'arrêta.
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Message par Cherry le Dim 7 Juin 2009 - 17:07

L’araignée de chair s’arracha au visage de la Cerise, presque honteuse de ce qu’elle dévoilait. Comme si l’ombre qui brouillait la surface parfaite entourant son œil était une insulte grave, ou qu’elle fut indigne d’être aperçu. Avoir été une Carte, il se serait contenté de fuir tout contact jusqu’à ce que l’enflure disparaisse. Atout, l’inquiétude le rongeait assez pour qu’il passe par-dessus son ego. Les doigts froissèrent le fin tissu de sa chemise en réponse à l’angoisse tapie dans ses entrailles.

Perdu dans le regard sombre de son frère, les mots lui manquaient pour expliquer la situation. Habituellement volubile, ce mutisme spontané chez Cherry était synonyme de grave problème. Il était sans nul doute assez inutile d’expliquer la situation, les circonstances et les conséquences étant davantage préoccupantes : comment un Atout avait-il réussi à se ou à se faire blesser? Et pourquoi...

« Machtias... »

Les prunelles dorées de la cinquième arcane s’agitèrent dans leurs orbites, paniquées. Un homme qui perdait le contrôle, ça se voyait tout les jours. L’Atout Savant qui se départageait d’une de ses significations, c’était moins fréquent. Apercevoir cette tache d’encre s’agrandir chaque jour autour de sa paupière était quelque chose d’aussi consternant pour Cherry que d’apprendre que la planète terre était en fait plate ou que les Jokers étaient philanthropes. Le silence résonnait des tics et des tacs des horloges du Pendu, ignorant l’ordre et le rythme.

« Machtias, je crois que c’est de très mauvaise augure. »

Les frêles pattes de l’araignée s’agitèrent dans une soie qu’elles n’avaient pas conçue, froissant et défroissant sans cesse le tissu rosé, comme une jeune fille plie et déplie une vieille lettre d’amour romantique, à ceci près que la situation avait plus quelque chose d’un enterrement que d’un souvenir heureux.

L’Atout est mort. Dans cette situation, s’il est légèrement blessé, sa blessure se referme d’elle-même après quelques instants. Mortellement blessé, il abandonnera sa couverture de chair pour récupérer n’importe quel corps – celui le plus proche – afin de s’y rétablir. Une immortalité déguisée. Ainsi, recevoir un poing dans l’œil ne devrait qu’occasionner une brève douleur.

Pas un arc-en-ciel opaque et bleu nuit.

Et, aussi, il y avait eu autre chose. De beaucoup plus grave. Mais qui ne s’apprenait pas en dégageant sa main de son visage. Une chaise laissée vide aura toujours plus d’impact que n’importe quelle blessure, naturelle ou pas.

« Et ça fait mal. »
Cherry
Cherry
Le Pape
Le Pape

Masculin
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Message par Le Pendu le Jeu 9 Juil 2009 - 17:38

« Et ça fait mal. »

Inexorable, le contrecoup, plus douloureux à sa manière, ne tarda pas.
Il y avait un halo noir autour de l'œil de Cherry …
Toutefois, nul ne s'en rendit compte.
… de petits vaisseaux sanguins éclatés, du sang répandu sous la peau …
Dans la perfection chaotique d'une infinité de tic-tac …
… non, c'était un nouveau maquillage grotesque, Cherry jouait la comédie, ce serait complètement …
… l'absence d'une vingtaine d'horloges passe aisément inaperçue.
… impossible …

Ainsi va la vie chez les mortels.


Le maître des mécanismes, quant à lui, ne trouva pas de mots si forts qu'ils puissent exprimer l'ampleur de sa pensée. Son visage, même, refléta un étonnement stupide, aussi déplacé sur les traits du Doute que le disque noir entachant ceux de la Confiance.
Une blessure sur un Immortel.
Le Pendu avait vu des Cartes, folles à lier, rompre complètement avec la logique telle qu'on la connaissait -il en avait lui-même mis un certain nombre dans cet état, par curiosité et par jeu- ; il avait vu des phénomènes climatiques aberrants, et, pourtant, sans lien aucun avec la magie ; de temps à autre, il remarquait un effet bénéfique de l'influence des Jokers ; il avait vu des États faire front commun.
Toutes ces absurdités, il les avait intégrées ; mais son esprit luttait pour ne pas accepter celle-ci.
Un Atout avec un œil au beurre noir …
Changement de paradigme.



À la vue d'une telle énormité, Machtia Tepētōntli, vieil Atout, ne pouvait qu'être débordé par une incrédulité salutaire.
Ses études sur l'aléthiomètre, ses réflexions sur Sxib, tout fut balayé en un instant par la terrible vague de perplexité ; cette force seule permit à l'Arcane de se lever, de s'avancer vers son "frère", dans un état second, de palper la marque sinistre avec une délicatesse distante.

"Cherry …"

Il ne comprenait pas la montre à gousset.
Sxib lui avait certes prouvé son étrangeté, mais sa nature divine, et son importance dans le jeu des Atouts, restait sujette à caution.
En revanche, la peau noire autour de l'œil de Cherry était incontestable.

Le monde basculait, et le Pendu, pour le moment du moins, voyait l'univers à l'envers.

"Comment t'es-tu fait cela ?"


Quelque part, il y avait quelque chose capable de blesser un Atout, sans doute quelque chose de très spécifique et de très rare, sans quoi, elle eut été découverte plus tôt.
En temps normal, un coup de poing adressé à Cherry aurait pu être attribué sans risque à une conquête récalcitrante ; mais à coup exceptionnel, circonstances exceptionnelles. Machtia réfléchissait à toute vitesse à ce qu'il savait des habitudes de Cherry, à la force nécessaire pour infliger à une Carte mortelle un tel hématome, à …
À n'importe quoi pouvant empêcher son esprit de suivre sa pente naturelle, et de réfléchir autant aux conséquences qu'aux causes.

Les Immortels n'étaient pas intouchables … Les Immortels pouvaient être blessés … Les Immortels étaient … Les Immortels pouvaient être …

... non …
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'horloge de la fin du monde [PV Cherry]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum