Le crash

Aller en bas

Le crash

Message par Manubiwan le Lun 25 Mai 2009 - 15:30

Une explosion retentit
BLAM !
Manubiwan se réveilla en sursaut. Le froid engourdissait sa joue, et la neige lui rentrait dans les oreilles, procurant une désagréable sensation. En face de lui, un monceau de poudre blanche l’empêchait de voir plus loin que le bout de son nez. Un rayon de soleil reflété par le sol blanc l’aveugla, et dans un réflexe, il ferma ses paupières, pour éviter l’aveuglement. Manubiwan cligna des yeux, une fois, deux fois. Une flammèche passa au dessus de sa tête, et atterrit juste devant lui. Dans un chuintement étouffé, le tas de neige fondit, et la flamme s’éteignit dans une petite fumée grise. Le champ de vision était libre. De la neige, que de la neige, à perte de vue (en tout cas, aussi loin qu’il pouvait voir en étant affalé au sol). Manubiwan essaya de bouger ses membres… les bras répondaient, les jambes aussi, ses mains sentaient la froideur du gel qui lui engourdissait les membres. Il semblait indemne… Tout à coup, une bouffée d’angoisse le traversa… La bataille, la retraite… le croiseur qui le prenait en cible… le saut inconsidéré en hyperespace… Il se calma, régula sa respiration, prit le temps de réfléchir. Il avait bondi hors de l’espace et du temps… en direction du noyau profond. C’était un véritable miracle qu'il soit encore là pour penser.
*Louée soit la Force…*

Il tenta de se lever. Ramenant d’abord les bras au niveau de son buste, afin de faire appui. Ses mains s’enfoncèrent dans la glace molle en soulevant péniblement le corps de Manubiwan, lourd et engourdi. Il plia ses jambes, pour essayer de retrouver son aplomb… une nouvelle explosion retentit, qui le fit sursauter… il s’affala lamentablement en trébuchant contre une concrétion neigeuse qui affleurait du sol. Après s’être relevé, Manubiwan jeta un coup d’œil autour de lui. Des pics de glaces hauts de quelques mètres s’élevaient majestueusement vers le ciel, laissant passer la lumière rasante du jour levant. Les édifices brillaient d’une lueur lactescente. Le Pégase des Étoiles était littéralement planté dans le sol, créant une fissure qui le lardait. La coque était défoncée, et un trou béait dans la verrière.
*C’est par là que j’ai du être éjecté…*
Le vaisseau crépitait joyeusement, l’astrodroïde avait réussit à s’extraire, et était en mode veille, près du brasier. Il avait eut le bon sens, ou plutôt le réflexe préprogrammé, de sortir tout le barda de secours avant que celui-ci ne se fasse consumer. Un nuage orange s’échappa d’un coup, dans un sifflement, avant de prendre feu en un éclat aveuglant. La flamme éphémère fit fondre la glace environnante. Manubiwan s’approcha de l’épave, alors que le brasier s’en donnait à cœur joie pour brûler tout ce qui avait le malheur de posséder une température de fusion trop basse. Prudemment, il tendit le bras à travers le trou dans la vitre, au milieu des flammes, et après plusieurs essais infructueux, il réussit à appuyer sur la commande d’urgence. Un jet de vapeur froide se répandit d’un coup dans le cockpit. Peu à peu le feu cessa. L’épave fumait dans la brise froide qui s’était levée, et la chaleur résiduelle troublait l’air de quelques improbables volutes thermiques. Des tourbillons de neige voletaient au ras du sol, et sa bure enneigée flottait au gré du vent. Quand ce dernier fut totalement éteint, Manubiwan ouvrit la verrière du cockpit, et se pencha vers le tableau de bord. Des dégoulinures de toutes sortes l’avait rendu illisible. Les batteries avaient grillé. Plus rien ne s’affichait sur les écrans.
« Quel merdier ! » ragea-t-il en frappant la console désormais inutilisable.

S’extirpant de l’habitacle grillé, il se retourna vers le petit droïde. Une couche de neige avait recouvert le petit mécano robotisé. Manubiwan la vira d’un coup de pied dans la carlingue du robot. La couche de neige tomba au sol, et le jeune homme appuya sur le bouton de remise en fonction.
« R-42, essaye de m’établir une connexion avec un réseau de la République. »
« Bip-bibip-bop-biiiiip-bloup »
« Comment ça le réseau est inexistant ? Mais tu te fous de moi ma parole ! Même sur Rishi, il y a du réseau ! Alors à moins qu’on soit hors de la Galaxie, on… »
Il s’arrêta, réalisant d’un coup qu’il se pouvait très bien que, par un phénomène inconnu, il soit entré en connexion avec une autre galaxie, par le noyau de celle dans laquelle il vivait… C’était de la pure spéculation, un rêve de scientifiques illuminés, que celui du voyage instantané par trou noir… Mais… Il fallait se rendre à l’évidence… Le réseau Holonet était partout… Même dans les coins les plus paumés… À moins qu’il n’ait atterri, par un phénomène qui dépasse l’entendement, dans les Régions Inconnues…
« Mais où est-ce que j’ai bien pu atterrir… »
Manubiwan se retourna face au vent, qui avait maintenant forci, et hurla, dans un accès d’angoisse.
« OÙ SUIS-JE !! »

Il tomba à genoux, se prit le visage dans les mains. Il s’ouvrit à la Force… il la sentait, mais avec une subtile variante. Elle emplissait, tranquillement, le champ en jachère de la Vie, mais quelque chose dans sa nature le dérangeait. Comme si elle était affectée par la planète, ou l’environnement… La Force n’était pas comme il la percevait habituellement. Cela le rassura tout de même, de se sentir englober, et le questionnait en même temps. Mais il n’était pas l’heure de se poser des interrogations philosophiques. L’heure était à la survie. Un pressentiment l’effleura, il se mit à courir. Une formidable et ultime explosion interrompit ses efforts de fuite, le projetant à deux mètres, et fit exploser le vaisseau. L’astrodroïde fut transpercé par un des morceaux de glace qui avaient fusé, tels des traits meurtriers. Se relevant encore une fois, il s’épousseta. Son sabre avait volé dans la neige. Il tendit la main pour l’attirer… le sabre ne bougea pas. Fronçant les sourcils, il s’immergea dans la Force. Il sentait l’objet, comme à l’accoutumé… mais n’avait aucune prise sur lui…
« Mais… mais…qu’est ce que c’est encore que ce bordel »
À l’accoutumé, Manubiwan n’était pas vulgaire. Mais l’absurdité de la situation le rendait nerveux, presque hystérique. Tremblant de froid et de frustration, il ramassa son sabre manuellement, ainsi que la petite boite métallique contenant le matériel de survie. Regardant autour de lui, la vaste étendue de glace le cernait, à la fois immense et vide. Une singulière association. Balayée par des vents inépuisables, la banquise s’étendait à l’infini devant lui, illuminée par un magnifique lever de soleil. Mais Manubiwan n’avait clairement pas envie de s’extasier devant la beauté de la Nature. Non. Il avait été pris pour cible par ses troupes, se retrouvait échoué sur une planète qui n’appartenait pas à l’Espace Connu, seul, avec une Force incomplète, au milieu d’un désert de glace.
« Il faut l’admettre : je suis perdu. »
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Mar 26 Mai 2009 - 16:30

*SWOOOOOOOOOOOOOOSHHHHH !!!*

Un frisson courut le long de l'échine de Manubiwan. Quelque chose approchait. Rapidement. Tournant la tête en tout sens, il aperçut dans le ciel un objet difficilement identifiable chutant à vitesse supersonique importante dans l'atmosphère. La chose, irradiant une lumière d'un blanc quasi-pur, évoquait ce à quoi pourrait ressembler une étoile, du moins si l'étoile en question était vue d'un vaisseau à une vitesse légèrement subluminique, autrement dit un point blanc dont la taille croîtrait très rapidement.

Après un temps de réflexion, le cerveau congelé de Manubiwan sortit de ses réflexions de voyageur spatial un peu givré pour revenir à des considérations plus primales :

La chose était grosse.

Elle tombait.

Dans sa direction.

Vite.

Le Jedi eût soudain le réflexe de survie d'aller chercher avec une répugnance presque nulle son sabre puis de se mettre à s'écarter du lieu en courant aussi vite qu'il pouvait, patinant dans la glace. Il était temps ! Dans un vacarme de fin du monde TM, un amas d'acier chauffé à blanc, de tuyaux en cuir, et de crysolite en stabilisation irradiant un bleu irréel s'écrasa sur les restes du droïde et dans la glace, dans une secousse qui projeta violemment Manubiwan à terre.

La mise en contact brutale des matériaux surchauffés et de la glace causa la sublimation immédiate d'une part du sol en un gros "PSCHIIIIIIIIIIIIIIIIT" d'une part, et le craquellement de toutes les matières en jeu d'autre part. Quand l'équilibre thermique s'établit, et donc quand la visibilité s'améliora, Manubiwan put observer, face à lui, une sorte de cafetière cabossée par le choc, truffée de tuyaux de toutes parts. Une torchère en émergeait, qui émettait la fumée noire caractéristique d'un feu de combustible soufré éteint violemment par introduction de neige dans la chambre de combustion. Une écoutille s'était ouverte dans la partie supérieure, par laquelle un homme se jeta en-dehors de l'engin en respirant violemment.

"Huuuuuh.... Heeeuuuuhhhh... Huuuuh... Mais pourquoi y avait plus d'air ?"

L'homme avisa rapidement la présence de Manubiwan d'un œil hagard, lui lançant un :

"Ho... Bonjour... Naufragé, vous aussi ?"

Puis il sembla aviser la nature du lieu où il se trouvait.

"Mais c'est quoi cet endroit tout blanc ? Où suis-je ? Pas à Pesda quand même ?!"

A la suite de quoi c'est ses capteurs sensoriels qui semblèrent l'aviser :

"GAAAAAAAAAAAAAAH !!! Froooooooiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiid !!!"

L'homme courut en tous sens, semblant affecté par la température bien plus qu'il n'était raisonnable pour un être humain normal de milieu tempéré. Il finit par courir se réfugier dans ce que Manubiwan peinait encore à considérer comme un véhicule, laissant celui-ci seul face à un choix : le Jedi allait-il suivre cet étrange hurluberlu ?


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:45, édité 2 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Mar 26 Mai 2009 - 18:59

Abasourdis... Manubiwan était bouche bée. Le petit vieillard avait crashé son vaisseau, amas hétéroclite de matériaux, qui semblaient tenir par magie plus que par cohésion physique, à 100 mètre des propres débris du siens. Mais déjà, alors que Manubiwan n’avait eut le temps de dire quelque chose, le petit homme semblait l’avoir oublié, gesticulant en tout sens pour exprimer son désaccord avec la température locale. Il est vrai que le vent forcissait depuis son propre crash, une tempête se préparait surement. Des milliards de questions tourbillonnaient dans la tête du naufragé. C’en était trop pour le jeune homme, qui ne tenait plus. Alors que l’homme se dirigeait vers son engin, Manubiwan le prit par l’épaule, pour le retenir, et sa frustration éclata.

Manubiwan – STOP ! STOP ! Dis moi : ou suis-je, qui es-tu, quel est ce système, quel est ce délire bordel !

Un silence s’établit. Les deux hommes se faisaient face à face. Manubiwan tremblait de rage, d’incompréhension… Alors que le blanc s’éternisait, il se rendit compte que le vieil homme ne gardait pas un silence respectueux, ni même qu’il baissait la tête d’un air sérieux, cherchant la réponse adéquate qui résoudrait toute les interrogations soulevé par Manubiwan, mais qu’il lorgnait en fait sa hanche, et plus précisément… son sabre laser.

Tommen – C’est quoi ? Je n’ai jamais vu de telles choses ?... AAAaaahh ! Tu es un Pique ! Je me disais, ce petit air snobinard, ce ton hautain ! Sa vous ressemble bien ! Mais il faut admettre, c’est du bel œuvre ! Je peux voir ?

D’un geste rapide et expérimenté, le petit homme tendit la main pour saisir l’objet. Manubiwan attrapa le poignet de ce dernier en route, et de l’autre main, prit le sabre laser et le dégaina. La lame jaune sortit, vrombissante, et jaillit sous le cou de l’excentrique. Aussitôt, il ressentit une violente brulure dans son bras droit. Si intense qu’il en lâcha son arme.

Manubiwan – Mais… comment cela…

S’ouvrant à la Force, il sentit la présence du vieillard rayonner dans le flot d’énergie d’un feu ardant, comme la flamme d’une bougie, vacillant au gré des vents, des flux. L’homme y avait interagis de son plein gré, créant cette brulure qui l’avait lancé quelques instants auparavant. Sous ces airs de vieux sourd buté et obstiné, l'homme possédait le pouvoir de maitriser la Force. Mais curieusement, il sentait ne pas s’en rendre compte, comme si l’interaction était subtilement naturelle, sans effort de concentration, ni contrainte de fatigue.

Manubiwan – Jedi ? Vous êtes un Jedi ! Écoutez-moi, c’est de la plus haute importance ! Je viens du front de Khomm, mais mes clones m’y ont trahis, ils m’ont ouvert le feu dessus ! Ils m’ont pris pour cible ! Il faut que nous prévenions le Conseil, c’est prioritaire ! Si vous avez un moyen de communiquer avec l’extérieur, il faut que…

Mais déjà, le vieux s'était penché pour ramasser le sabre laser, tombé à terre. Manubiwan le pris par les épaules, et le secoua, histoire de voir si cela n'augmenterai pas son degré de concentration.
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Mar 26 Mai 2009 - 19:31

[Note : je suppose que dans le plus pur style star wars, le sabre s'est éteint en tombant.
Plus intéressant, le problème de la langue : on a déjà commencé par supposer que les deux parlent la même langue, si j'ai bien compris ton post, donc il faut poursuivre dans cette idée si c'est le cas, par cohérence. Mais c'est étonnant tout de même... Je vais donc faire une réponse générique qui marche que Tommen comprenne la langue mais pas les mots ou ne comprenne rien du tout. A toi de voir]


Sans lever les yeux dans un premier temps, Tommen dit :

"Si je ne réponds pas, c'est parce que je ne comprends rien à ce que vous dites, mon cher... Vous semblez parler un idiome qui m'est totalement inconnu... Spontanément, j'aurais pensé à un dialecte pesdan, seulement il y a un hic..."

Tommen lança le sabre au jedi, qui l'attrapa instinctivement, et se mit à le regarder droit dans les yeux.

"...c'est que ceci ne ressemble à aucun produit de fabrication pique que j'aie déjà croisé dans la profession. Ça arrive souvent qu'on m'apporte quelque chose d'eux à retaper, des prises de guerres ou de la contrebande, et à chaque fois je fais de mon mieux. Mais ici, rien que la source d'alimentation diffère totalement de ce qui m'est connu...

Une invention métissée peut-être ?"


Un blanc s'instaura pendant que Manubiwan faisait face au concept de "pique", "pesdan", "invention métissée"...

"En tous cas, je suis Tommen Brew, mécanicien et inventeur Cœur de mon état, pour vous servir !"


Dernière édition par Tommen Brew le Sam 1 Oct 2011 - 18:33, édité 2 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Mar 26 Mai 2009 - 21:45

Se plongeant dans cette Force capricieuse et changeante, il commença peu à peu à entrevoir ce que le vieillard lui transmettait. La transition se fit de tel sorte qu’elle ne le choque pas, ni même sans qu’il ne s’en rende compte. Manubiwan contempla le petit homme qui lui avait renvoyé son arme. De quoi pouvait-il donc bien parler ? Piques ? Cœur ? Métissés ? Pesdan ? Tout ces mots lui signifiaient quelque chose, mais il ne voyait pas quoi, ni même pourquoi l’homme les avaient utilisé dans ce contexte précis. Elles voulaient nécessairement dire quelques choses.

Manubiwan – Je me répète peut-être, mais j’aimerais trouver des réponses à toutes ces questions, Tommen. Je m’excuse de m’être emporté, c’était déplacé, mais voyez-vous, je… je n’y comprends plus rien.

Tommen – Bon. Vous commencez à vous rendre intelligible. C’est une bonne chose.

Les deux hommes chancelèrent soudain sous une bourrasque plus violente que les précédentes, leurs rappelant soudain qu’ils étaient dehors, avec un vent qui se déchainait autour d’eux. La neige tourbillonnait, et on commençait à ne plus rien voir.

Tommen – Ma parole, quelle temps ! Ce n’est pas pour rien que les Piques se réfugient dans leurs grands cylindres de ferrailles inesthétiques ! On est bien, dans noter campagne tudieu !

Un Crac ! sourd retentit. Un bloc de neige particulièrement dense s’envola dans les airs, avant d’apparaître, aux travers des remous neigeux, à nos deux protagonistes, plantés au milieu de la banquise. Balloter par les puissantes rafales comme une feuille de papier par le vent, la masse restait suspendu en l’air, virevoltant comme une bulle de savon. Puis, sa sustentation s’interrompit, et le bloc, conservant sa vitesse, se mit à chuter, décrivant une parabole inversée dont le zéro se trouvait à peu près sur Manubiwan et Tommen. Reflexes obliges, le Jedi se concentra de toute ses forces sur la masse compacte qui allaient les écrabouillé, en tendant les mains. Mais il ne sentit aucune… prise, au travers de la Force, avant de se souvenir qu’il avait déjà fait l’expérience de son impotence sur cette planète. Le bloc tombait fatalement. Il était trop tard pour plonger, trop tard pour tenter une esquive, trop tard pour dégainer son sabre. Dans une demi-seconde, sa vie s’achèverait sur un des épisodes les plus rocambolesques qu’il avait jamais vécu. Tommen se retourna tranquillement, et fit mine de se diriger vers sa ruine de vaisseau.
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Jeu 28 Mai 2009 - 9:09

C'est alors que le morceau de glace explosa sous l'effet d'un choc thermique. Littéralement. Tommen attrapa Manubiwan par un bras et le traîna en courant vers son vaisseau. Des sortes de stalactites fusaient en tous sens, comme autant de pointes mortelles. Celles qui s'approchaient de trop près éclataient comme du verre jeté dans un haut fourneau sans chauffage lent et minutieux préalable. Mais parfois... C'était un peu près disons... Enfin arrivé à sa cafetière, Tommen se cacha derrière afin d'éviter d'avoir à supprimer le reste des éclats glacés à la "main".
Ce reste finit de tomber, et un grand silence se fit alors.

"Il n'y a pas à dire, c'est quand même vachement pratique des fois..."

Soudain pris d'un doute, Tommen alla voir de l'autre côté de la cafetière. D'un des tuyaux, éventré par un éclat de glace, du mercure s'écoulait à bonne vitesse.

"Oh non !"

Tommen se précipita, découpa un pan de son vêtement, et l'utilisa pour colmater la brèche, avant d'observer le résultat d'un œil critique :

"Il va me falloir un temps fou pour le réparer... Sans parler de la difficulté de trouver du mercure par ici !"

Une fois de plus, le savant fou semblait avoir un peu oublié la présence de Manubiwan sous l'influence d'une merveille de la Science


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:45, édité 1 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Jeu 28 Mai 2009 - 11:49

Le bloc explosa… l’éclaboussant d’une fine brume blanchâtre… Cet homme était un grand maître… avoir ces réflexes, ce « naturel » dans l’utilisation de son pouvoir… Déjà, le vieillard le tirait par la manche pour le mettre à l’abri des éclats qui volaient de partout. Manubiwan était comme un gosse, désemparé de voir à quel point il avait encore à apprendre sur la maitrise de la Force, et obligé de se réfugier sous la protection d’une grande personne. L’homme lui parla, une tuyère explosa… Mais Manubiwan était flasque, sourd… il se donnait l’impression d’un infirme… La Force l’entourait, il la sentait…. Mais de toute évidence, il en était coupé… toutes les interactions qu’il avait tentées s’étaient soldées par des échecs… Les yeux dans le vide, le Jedi éprouva une profonde tristesse. A quoi lui avait servit toute ses années d’entrainement si il n’était pas capable de faire face à ce genre de situation… Les trombes enneigées se déchainaient, le vieil homme était en train de s’acharner sur la coque de son vaisseau, torse nu, sa chemise en lambeau, comme si le froid duquel il se plaignait quelques instants plus tôt ne lui importait désormais pas plus que la présence de Manubiwan.

*Que se passe-t-il bon sang… Syphax ! Pourquoi m’as-tu abandonné !*

Syphax – Mais je ne t’ai pas abandonné, c’est toi qui est devenu sourd !

Manubiwan – Maître ?!

La silhouette bleutée de Syphax venait d’apparaitre au milieu de la neige, et se tenait devant lui.

Syphax – Ne prend pas cet air ! Ce n’est que moi ! Je voulais juste te prévenir.

Manubiwan – Prévenir ?! Prévenir ??!! Je suis sur une planète inconnue avec une Force qui ne répond pas, et vous vouliez me « prévenir » ?! Et bien merci, me voila prévenu ! Je ne m’en étais pas rendu compte tout seul, ça non ! J’ai juste faillit me faire broyer par un bloc de la taille mon vaisseau, mais c’est bon, aucun soucis !

Manubiwan avait hurlé cette dernière phrase, employant toute l’ironie dont il était capable dans son ton.

Syphax – Allons, est-ce comme cela que tu parles à ton maitre ?

Manubiwan – Aidez moi… gémit-il.

Syphax – Je ne le peux, malheureusement. Mais par contre, je peux te dire que le champ de Force n’est effectivement pas commun… Et si je peux actuellement te parler, c’est parce qu’il est modifié.

Manubiwan – Mais de quel manière l’est-il !

Syphax – C’est comme si les éléments le contrôlait, comme si, plutôt que de créer la Vie, la Force en émanait… Je n’en sais pas plus. Tu devras trouver les réponses à tes questions. Mais garde toujours à l’esprit ce que tu es. Un Jedi.

Manubiwan – Syphax, ne me laissez pas seul…

Syphax – La Force est puissante en toi, mon jeune ami… Je sais que tu sauras te débrouiller…

Déjà, la silhouette éthérée de son ancien mentor s’effaçait dans les rideaux improbables de la tempête. Un écho retentit dans le vent, ultime message du mentor.

Syphax – Nous nous reverrons…

Manubiwan s’adossa à la carlingue, chancelant, tout retourné par cette apparition. Et Tommen le regardait avec des yeux ronds.
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Jeu 28 Mai 2009 - 15:13

"Ça vous arrive souvent de parler tout seul ?"

Tommen resta perplexe devant le Jedi, se demandant ce qu'il devait en penser. Après tout, il n'y avait pas solitude parfaite, dès lors que quelqu'un semblait répondre à ses questions.
Peut être un dédoublement de personnalité... Ou alors un pouvoir de télépathie comme certains en possédaient...

Mieux valait laisser le bonhomme s'expliquer. Toutefois, le bout de vêtement utilisé pour colmater le tuyau commençait à manquer cruellement à Tommen maintenant qu'il était à nouveau inactif, ce qui l'amena à commencer par se réchauffer par un processus contrôlé, laissant largement dans sa concentration le loisir d'une réponse à Manubiwan.


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:45, édité 1 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Jeu 28 Mai 2009 - 17:53

Manubiwan cligna des yeux, comme si il sortait d’un rêve. Il aperçut Tommen, débraillé, qui l’apostrophait, au milieu des volutes de neiges, qui semblaient pourtant le contourner. Comme si le vieil homme était entouré d’une bulle protectrice. Manubiwan comprit le phénomène quand il vit la flaque d’eau au pied du vieillard. Manubiwan reprit sa respiration, se clama une dernière fois, évacua le reste de panique et d’angoisse, et commença.

Manubiwan – Écoutez, j’ai cruellement besoin de réponse. Et pour commencer, je voudrais savoir ou je suis. Quel est ce monde, cette région, ces particularités, les moyens de transports, et surtout, les moyens de communication. Il est absolument capital que je prévienne le Conseil de la menace qui plane sur la République… Et puis… vous ne m’avez pas répondu tout à l’heure, mais… êtes vous un Jedi ?
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Jeu 28 Mai 2009 - 20:09

"Pour ce que j'en sais, on est toujours sur Decenta Emdor, même si on aurait tout aussi bien pu atterrir dans le monde des morts que le paysage aurait été guère pu être moins désolé.
Niveau région, je pense - hélas - que nous sommes en plein Pesda. Il y a guère d'autres endroits au monde où il traîne des congères comme ça partout..."


Tommen constata qu'il commençait à s'enfoncer dans l'iceberg, pesta, s'écarta un peu, et continua son blabla :

"...Niveau particularités : il fait froid, ils ont un mode de gouvernement bizarre où le roi c'est la paperasse, leurs scientifiques inventent de joli joujoux, c'est plein d'eau, et leurs pouvoirs y sont souvent liés.

Niveau moyens de transport ben... On pourra sans doute faire retaper mon œuvre, moyennant des espèces que j'ai pas - mais pour un amoureux de la mécanique, décrire le fonctionnement pourrait suffire. Sinon, les pesdans se déplacent en général avec des véhicules amphibies pour les trajets dans l'eau, ou à roues crantées pour les trajets dans la glace. Du moins pour les véhicules que je connais. Ils nous planqueraient des glisseurs à coussin d'air et des traineaux tirés par des chiens que ça ne m'étonnerait même pas..."


Tommen émit un soupir évoquant le mutisme permanent des Piques dès lors qu'il s'agissait de discuter de quelque chose concernant leur pays avec un Rouge.

"Niveau moyen de communication, ils ont des boîtes bizarres qu'on approche de l'oreille et qui transmettent la voix à plusieurs km de distance, mais j'ai pas la moindre idée de comment ça fonctionne. Ils savent parler comme tout le monde à priori. Votre Conseil, votre République, et les Jedi, je ne sais même pas ce que c'est, donc j'ai peu de chance d'appartenir au troisième groupe...

...Ça vous va comme réponses ?"


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:46, édité 3 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Ven 29 Mai 2009 - 20:00

Manubiwan – Nous sommes donc sur Decenta Emdor… Ce nom ne signifie absolument rien pour moi… Vous n’avez aucune idée de ses coordonnées hyperspatiales ? De sa position par rapport à une quelquonc route de commerce ? Rien de plus général ?

Manubiwan soupira profondément. Il avait retenu que la grande ville du coin, Pesda, possédait, semblait-il, des moyens de communiquer semblable à des talkies-walkies, mais restait encore à déterminer exactement le mode de fonctionnement, histoire de voir si il permettrait d’emmètre une onde assez puissante pour rayonner sur au moins 10 année-lumière…

Manubiwan – Vous dites que Pesda est un lieu de technologie. J’aimerai m’y rendre. Il faut que je trouve un moyen de communiquer. Mais ya un truc qui me chagrine dans votre histoire : comment pouvez manipuler de la sorte les éléments, si vous n’êtes pas Jedi ? Comment faite vous pour être aussi… désinvolte dans leurs utilisation ! Vous semblez ne nécessité aucune concentration particulière… c’est… pour le moins inhabituelle. Mais passons, nous avons des problèmes plus urgent à régler. Comme sortir d'ici par exemple..

Manubiwan s’approcha de la brèche que Tommen avait colmatée, fit tinter le tuyau d'une pichenette, puis, contempla l’engin, dans son ensemble, dubitativement.

Manubiwan – Sa va tenir jusqu'à Pesda, votre réparation ?
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Ven 29 Mai 2009 - 22:18

*Existe-t-il donc des endroits reculés où les gens sont incapables de manier leurs talents naturels ou n'en possèdent même pas ? Difficile à admettre, et pourtant...*

"Ça tiendra peut-être...", répondit Tommen évasivement.

"Pour l'instant, le principal problème qu'on a c'est le mercure perdu. Sans lui, la conduction de chaleur, effectuée par l'air, sera beaucoup moins bonne, donc le rendement baissera, donc il faudra plus de combustible - dont je manque déjà - pour obtenir 2,21 gigowatts d'énergie thermique dans la crysolite et ainsi faire partir la machine.

De plus, ce véhicule va un peu trop vite pour être aisément contrôlé en vol. Il faut avoir une idée d'où nous sommes et où nous allons pour pouvoir régler les réglages du saut avant le départ, sinon nous allons nous retrouver n'importe où... Atterrir dans une congère était une chance !"


*Enfin, ajouta Tommen dans sa tête pour lui-même, il va falloir être prudent vis-à-vis de la puissance de chauffe : vu qu'il y a maintenant de l'air dans les tuyaux, la pression va monter vite, il va donc falloir doser beaucoup et répartir la chaleur si on ne veut pas que tout ça nous claque entre les mains en explosant bêtement. Le mercure était justement là pour éviter ce genre de tracas...*

"Si je résume, on a avant tout départ besoin de carburant et d'une destination. Des questions ?"


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:46, édité 1 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Sam 30 Mai 2009 - 8:59

Manubiwan tourna la tête partout, et l’aperçu enfin : son matériel de secours. La petite boite de métal git par terre, bientôt complètement recouverte d’une couche de neige. Il l’ouvrit. Mis à part les rations habituelles de survit, sous formes de bâtonnets de nutriments déshydratés, il y avait une petite torche à plasma, une petite lampe, et une batterie de rechange standardisée, prévu pour s’adapter à peu près à tout type de matériel connu dans la galaxie, le tout enroulé dans un tissus noir, qui pouvait servir de couverture de survie. Manubiwan lança le petit module énergétique à Tommen.

Manubiwan – J'ai pas compris grand chose au fonctionnement de votre engin, mais tenez. Regardez si vous trouvez du mercure là dedans. Fait attention, je ne sais pas ce qu’il mette dans ces machins.

Manubiwan continua de farfouiller dans le coffret métallique, mais ne trouva rien dont l'utilité était notable.

*Ya vraiment rien dans cette boite…*

*Peut être pourra-t-on faire une soudure ou deux pour faire tenir ce truc en l'air*

Se saisissant de la torche à plasma, il vit Tommen qui restait là, à tourner la batterie dans sa main, avec un certain ravissement dans les yeux. Déjà, une petite couche de neige s'accumulait sur son épaule droite.

Manubiwan – Tommen ? Tommen, vous êtes avec moi ?
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Sam 30 Mai 2009 - 11:20

"Une technologie d'un autre moooonde... Hein ? Euh ah oui, vous vouliez savoir le fonctionnement de l'appareil c'est ça ?"

Tommen se mit à tracer de grands schémas dans la neige sans même écouter la réponse.

"Tout est basé sur la crysolite, un matériau qui a la propriété de transformer la chaleur en apport d'énergie cinétique quand elle devient suffisamment intense (soit pour une chaleur de puissance 2,21 gigowatt). Le haut de l'appareil en est partiellement composé, et comprend plusieurs cavités afin de permettre un chauffage sélectif de la crysolite à différents endroits (pour contrôler la direction).

Pour apporter de la chaleur, on utilise deux circuits au mercure. Le premier circuit, transporté par ces larges tuyaux que vous voyez courir sur le bord de l'appareil, se charge de l'apport proprement dit, conduisant une chaleur extrêmement intense. Le second est un circuit de commande permettant l'apport sélectif de mercure du circuit primaire aux différentes parties de l'appareil.

Le système fonctionne selon un cycle thermodynamique ayant un rendement particulièrement élevé : comme le démarrage ne se produit que lorsque la puissance calorifique atteint 2,21 GW, il n'y a pas à supporter une lente montée en vitesse gaspillant l'énergie par frottement, des embrayages, ou je ne sais quelle diablerie : en à peine quelques secondes, l'appareil atteint le régime critique où les frottements compensent l'effort moteur.

De par le danger encouru par l'utilisateur sous l'effet de cette forte accélération, le poste de pilotage est capitonné et placé sur une suspension hydraulique extrêmement étudiée par mes soins qui rend le choc bien moins brutal.

De plus, on devinera que la vitesse maximum dépend directement de l'apport de chaleur, donc du combustible utilisé : avec du charbon, atteindre le point de Brown est une calamité, par contre le bioéthanol de cactus fait des merveilles, et je suppose qu'on peut trouver des sources de chaleur encore meilleures...

Des questions ?"


Les yeux du vieillard brillaient.


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:47, édité 1 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Sam 30 Mai 2009 - 12:29

Manubiwan – Soit soit… je crois que je saisis mieux le fonctionnement de votre astronef. Il n’en reste pas moins que sans mercure, nous n’irons pas loin. Et dire que nous ne savons même pas où nous sommes… Foutu astrodroïde, jamais fonctionnels quand ils pourraient nous être vraiment utile !

Manubiwan s’approcha de Tommen, lui prit la batterie des mains, et dégaina son sabre laser. La lame s’alluma dans une petite volute de neige fondue. Il vida le contenu de la boite en métal, laquelle était faite d’un alliage d’acier, suffisamment résistant, et la posa à ses pieds.

Manubiwan – Écartez vous ! On va voir ce que ce machin à dans le ventre.

Le Jedi lança la batterie en l’air. Elle tournoya, balloté par les vents. Manubiwan s’ouvrit à la Force, et tailla l’air de son sabre. La batterie tomba dans la caissette de secours métallique, éventrée… un drôle de liquide en suintait, fumant. Dans les tons verdâtres fluorescents… puis, petit à petit, une phase argentée émergea, à l’évidence non miscible avec le reste du contenu de la batterie.

Manubiwan – Ben voilà, on dirait que c’est ce qu’il nous faut, non ?

Le jeune homme se pencha pour observer de plus près les éléments en présence. Il se releva en sursautant. Un arc électrique venait de jaillir entre le mercure et la substance verte.

Manubiwan – Et galère… Sa commence à m'énerver, cette histoire ! Pourquoi c'est à moi que sa arrive ! Dite, pendant votre crash, vous avez rien vu, pas un indice quand à une direction à prendre ?

Manubiwan eut soudain une idée...

*[...] comme si, plutôt que de créer la Vie, la Force en émanait [...]*

Il s'ouvrit autant qu'il le pouvait au flux de la Force, cherchant désespérément des présences de vie, des sources... Il sentit alors un imposant phare dans ce désert de glace. Sortant de sa pseudo-transe, il tendit la main dans une direction bien précise, montrant du doigt l'horizon balayé par des vents de plus en plus violents.
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Lun 8 Juin 2009 - 0:26

"Ouiiii, c'est une possibilité. Mais je n'irais pas par là, si j'étais vous. Ou même si j'étais seulement moi, d'ailleurs."

Tommen évacua d'un geste de la main la possibilité de direction à prendre suggérée par Manubiwan comme on chasse une mouche. Puis il ramassa la batterie éviscérée par le Jedi et renifla son contenu avec curiosité, notamment le fluide verdâtre.

"Tonnerre de Zeus, c'est bien du mercure, mais qu'est-ce que c'est donc que ce flubber-là, tout autour ?"

Tommen eut le regard vide quelques instants, comme absorbé par la découverte soudaine d'un univers parallèle entier qui s'offrait à lui. Il se reprit soudainement, secoua la tête et marmonna à l'adresse d'un individu imaginaire qui ne semblait pas être Manubiwan.

"Une trouvaille d'un vieux collègue. Peu importe."

À la suite de quoi il plongea son doigt dans la bouillasse verte et le porta à sa bouche. Après dégustation, Tommen recracha et rendit son jugement :

"J'y trouve un goût de plomb."

"Y'en a.", répondit Manubiwan avec assurance.

"Ça fera l'affaire alors ! C'est qu'il n'y avait plus assez de liquide caloporteur dans le circuit primaire, aussi on risquait un échauffement démesuré des bords du conduit, qui se propagerait mal jusqu'aux cavités, associé à un gonflement parasite, notamment au niveau de la réparation de fortune opérée ici. L'idéal serait d'ajouter des métaux lourds afin de combler les vides dans le mélange. Certes, ce ne sera plus très homogène, ni très propre, mais on fera la vidange plus tard, pour l'instant il me tarde de rentrer au plus vite dans un pays où il fait MOINS FROIIIIIID !!!"

Tommen vida le contenu de la batterie dans le tuyau crevé en soulevant un pan de tissu, versant le mélange avec une précision tenant presque de l'extase. Ensuite, il ferma l'œil droit, et se pencha sur l'engin. Un rayon à l'éclat intense jaillit de son visage, qui fit le tour du morceau de vêtement, puis, satisfait de sa soudure, Tommen se releva. La rustine improvisée était maintenant hermétiquement engoncée dans le métal.

"Voilàààà, on va dire que ça tiendra. Après tout dans le cas contraire, nous risquons seulement une dislocation du continuum spatiothermocinétique, qui engendrera une réaction en chaîne amenant à la destruction instantanée de tout l'univers que nous connaissons.", estima globalement Tommen.

Il commença à escalader sa machine, en direction de l'habitacle, et avisa Manubiwan.

"Mais ce n'est que l'hypothèse la plus pessimiste. Trêve de théorie, quoique fort intéressante : vous montez ?"


Dernière édition par Tommen Brew le Dim 6 Juin 2010 - 0:50, édité 1 fois
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Manubiwan le Lun 8 Juin 2009 - 1:23

*Ai-je vraiment le choix…*

Manubiwan ravala sa réticence, se rappelant, afin que de s’encourager, que cette breloque clinquante était son seul moyen de transport vers un lieu plus vivable, et surtout, vers un moyen de contacter l’extérieur. Le vieil homme commença à monter le long d’un tuyau épais, puis, arriver au fait de l’engin, saute, et disparait à l’intérieur après avoir ouvert une trappe à grande peine, freiné par les bourrasques de la tempête. Manubiwan prit la petite boite métallique, s’écarta quelques peu de la cafetière propulsée, et se précipita dans sa direction. Arrivant à toute vitesse sur la carlingue, il posa un pied sur celle-ci, et voulant prendre appuis sur le métal, à l’aide de la Force… il se rétama lamentablement dans la neige épaisse. En effet, son pied glissa contre le métal qui givrait, et l’assistance de la Force ne se fit pas ressentir.

Manubiwan – MERDE !

Cria-t-il en crachant de la neige. Son beuglement fut à moitié effacé par le mugissement aigu d’une rafale. Manubiwan se releva péniblement. Sa bure était torturée par les souffles incessants du maelström de neige et de glace qui se déchainait autour de lui. Une corde vint se balancer devant lui. Tout engourdis par le froid, le jeune homme l’attrapa et se hissa péniblement, sa boite dans une main, son sabre à sa ceinture, vanné par cette journée de cauchemars, d’irréalisme et d’incongruité.

Une fois en haut, il souleva le battant de la trappe, et se laissa tomber dedans. Il se retrouva nez à nez (autant que faire se peut en tout cas !) avec le vieil homme. Ils étaient passablement serrer dans ce petit habitacle capitonné de lourds coussins beiges, censés amortir les chocs…

*Les chocs… mais pourquoi diable y aurait-il des chocs…*

Manubiwan - Attendez...

Il comprit en une fraction de seconde. Mais il était déjà trop tard, car Tommen enclenchait un levier, qui, dans un grincement sinistre, s’affaissa lourdement.
avatar
Manubiwan
Dix de Pique
Dix de Pique

Masculin
Nombre de messages : 61
Localisation : Derrière son ecran 22 pouces !
Date d'inscription : 20/05/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Tommen Brew le Lun 8 Juin 2009 - 4:36

"Attendre ? Trop tard, gamin ! On n'arrête pas le progrès en marche, et pas la peine non plus de songer à le ralentir. Maintenant, profitez du paysage qui va défiler à toute vitesse sous vos yeux ébahis !"

Alors que la température et la pression montaient dangereusement dans le cockpit, que les parois internes de la cafetière géante semblaient se resserrer, et qu'on pouvait légitimement se demander si l'engin exploserait avant ou après le démarrage, un choc soudain d'une violence inouïe pulvérisa les craintes éventuelles des passagers. Le vaisseau venait de quitter la banquise pesdane, et se dirigeait maintenant à toute allure vers...

"À la réflexion, il eut certainement été judicieux d'installer un hublot, afin de regarder le paysage d'une part, et d'avoir d'autre part quelque vague idée de la trajectoire réelle empruntée par cette machine. Cela impliquerait toutefois le perçage d'une cloison étanche pour installer une paroi raisonnablement transparente, apte à supporter des efforts de quelques milliers de kilonewtons par centimètre carré, tout en conservant l'imperméabilité de la carlingue au niveau des bords. Une fortune, rien qu'en joints, voilà ce que cette entreprise coûterait. Mais ce serait tout de même diablement pratique."

Le Jedi à ses côtés semblait lentement comprendre que Tommen ne disposait actuellement d'aucun contrôle ni information de navigation en vol. Voyant l'air effaré qui se dessinait sur les traits de Manubiwan, Tommen s'empressa de le rassurer :

"Cela n'a rien de catastrophique, vous savez. J'ai soigneusement réglé le cap avant de partir. Un bon cap, il devrait nous emmener quelque part au Sud. Vers Thear, avec un peu de chance, ou alors Ebluc : je n'ai pas eu l'occasion de déterminer par rapport à quel Soleil j'effectuais mes mesures."

Tommen bascula deux leviers et jongla avec une clef de plomberie qu'il ne semblait savoir dans quel orifice insérer.

"Non, la seule chose qui pourrait bien nous causer du souci, c'est que si je maîtrise à quelques détails près la direction que nous empruntons, il demeure qu'un paramètre pose néanmoins toujours problème."

Tommen finit par fourrer la clef entre les mains de Manubiwan, sans se soucier de quel conduite il laissait ouverte.

"L'altitude.", conclut-il nerveusement.

Comme pour lui donner raison, un second choc titanesque enfonça brusquement l'avant du véhicule, projetant avec une violence peu commune les deux pilotes d'essai contre le pupitre de commande. L'engin bascula alors de côté, tandis que les corps à l'intérieur roulaient inconscients au milieu d'un amas de coussins.

[Et l'aventure continue, par la volonté des aléas du destin, de la Science et des Jokers, en ce lieu]
avatar
Tommen Brew
Six de Cœur
Six de Cœur

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 01/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum