La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Aller en bas

La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Jack le Ven 12 Juin 2009 - 20:41

Jack n'aimait pas l'ambiance qui régnait à la maison ces derniers temps.

Depuis que l'illustre inconnue alias sa... tante... était arrivée, il se sentait délaissé. Sa mère et elle passaient leur temps à débattre de sujets généralement inintéressants (sauf quand il était question de ce qu'il faudrait infliger à Miki si elles le trouvaient), autour d'une tasse de thé et de gâteaux trop secs pour être honnêtes. Quand il présentait un de ses projets pour améliorer le monde, sa mère se contentait désormais de hocher la tête avec un air vaguement intéressé qui sonnait passablement faux, tandis que Rony le regardait avec un air horrifié et émettait des avis sur ce qu'en penseraient les pauvres peuples alors que ce n'était PAS son problème.

En plus, elle parlait souvent de lui avec Maka quand elle croyait que ses oreilles étaient trop éloignées pour entendre. Elle médisait dans son dos, il en était certain. Une fois, il l'avait même entendue parler de lui comme un "petit monstre", un peu comme sa mère le nommait souvent, mais avec l'air de le penser sérieusement.

Bref, la dame en rouge surgie de nulle part et s'octroyant le droit de monopoliser l'attention de sa mère commençait à l'énerver beaucoup.

Et comme une Carte qui l'énerverait, il se demandait s'il était possible de la tuer. Ou de l'envoyer loin, très loin, de préférence dans un milieu sans oxygène ni nourriture.

Le problème, c'est qu'en tant que Joker, elle était relativement invulnérable à la deuxième option. Elle pouvait se fabriquer de l'air, de la nourriture, ou revenir sur place d'une simple pensée. Et pour la tuer, Jack se rendait compte que la tâche serait particulièrement ardue... Surtout pour la faire disparaître en fait, sans que sa mère ne remarque quoi que ce soit. Peut-être y avait-il un moyen de tourner sa mère contre elle ?

Le problème perturbait Jack jour et nuit, et la hasard voulut que peu à peu, ces désirs d'assassinat l'amenèrent à interférer avec les rêves tourmentés d'un des plus dangereux assassins de Decenta Emdor. Jackal. En fait à y apparaître, d'abord comme élément du décor, puis un jour sous la forme d'un rêve où, entouré de brumes sombres de toute part, l'assassin aperçut devant lui un drôle de gamin, assis sur une sorte de tabouret, pensif, ne faisant pas attention à lui... Pour le moment....
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Jackal le Ven 26 Juin 2009 - 1:05

Jackal détestait les rêves, sans doute principalement parce qu'il n'en avait jamais fait. Juste ce que beaucoup de gens appelle des cauchemars, pour lui juste les méandre de son âme tourmenté,
pourquoi la vie, pourquoi la mort... et pourquoi les cauchemars,

et ce que une personne qui ne connait pas le bonheur peut faire des rêves heureux ?
Je ne pense pas...

allongé au sommet de quelque bâtiment désaffecté, jackal partit pour le pays des songes, la tête en direction de étoiles le vent de la nuit sur sa nuque...

Tout recommença, encore une fois, comme chaque soir depuis si longtemps qu'il ne pouvaient se rappeler. D'abord lui étendu les bras en croix, flottant à la surface d'une eau claire et limpide. Un environement des plus agréable pourrait on dire. Puis il sombrait dans cette eau claire, tranquillement oubliant tout soucis, mais bien vite il était contraint de sortir, non plus cette fois d'un paisible lac, mais d'un torrent de sang.
Jackal sortait doucement, calmement, recouvert par tout ce sang, puis ces marques rougirent, puis le brulèrent au point qu'il tombe genoux à terre essayant de s'arracher sa propre peau, qui le consumait à présent. Ces yeux devinrent des flammes ardentes, des flammes noires, et c'est enveloppé de flammes tout aussi noir qu'il se releva, l'air furieux, le regard plein de haine,
sa souffrance décuplait ces forces, et cette souffrance il allait la partager avec quiconque croiserait son chemin,
à ce moment des milliers de bras jaillirent du sol... une armée de cadavre ambulant, l'entourait de toute part.

Le vent se mit à tourbillonner autour de lui, et il disparut, occupé à faire ce qu'il savait si bien faire, et le carnage commença,

au fur et a mesure que les tueries continuait, le ciel prenait la couleur du sang, la terre alentour ne semblait plus qu'être, qu'un désert recouvert de flammes et de ruine, et tout au loin luisait un soleil noir qui abordait un large sourire, l'air de se réjouir de toute cette haine et de cette fureur qui se déchainait.
Quand il n'en resta plus un, jackal s'agenouilla, exténué, à bout de forces...
pourtant l'expression sur son visage, n'avait rien d'humaine, un démon c'était fait homme, voilà ce que l'on pouvait voir sur ce visage que la paix et la joie devait avoir quitté pour toujours.

Une montagne se forma à la droite de jackal, une sorte de chemin, constitué de cranes, de chair putréfié, et autre monceau de cadavre brisé. A son sommet, se tenait trois femmes encapuchonné et vêtue d'une ample cape aussi sombre que l'ébenne de sorte que seul leur bouches sortaient des ténèbres.

« approche mon enfant » chuchota la femme qui occupait la place centrale, elle avait une voix à la fois envoutante et mystérieuse, et bien que la phrase ne fut guère plus qu'un murmure, jackal l'entendit comme s'il avait été prononcé à son oreille, et il s'exécuta, avançant lentement.

« tu as bien grandis, mon enfant, mais tu dois être encore plus fort, si tu veux accomplir la sombre destiné que nous t'avons tracé »

« quelle est ce destin ? » demandait jackal, incapable de détourner les yeux de l'envoutant spectacle que formait ces femmes qui semblait le connaître, bien mieux qu'il ne se connaissait lui même.

« tu le sauras quand tu seras devant elle mon enfant » répondis la femme placé à la droite de la première
« et quant ce jour arriveras, dit la troisième, fait nous honneur, »

« en attendant, tu n'es pas assez fort, pas encore, il te faut encore mourir, puis renaitre, une nouvelle fois » clama la première

« si telle est votre volonté, qu'il en soit ainsi » répondit respectueusement jackal

c'est à l'unisson que les trois femmes soufflèrent « va, mon cher enfant ».

La montagne se déroba sous les pied de jackal et quand il fut à terre, et les marques le brulèrent de plus belle, mais cette fois elles s'étiraient, telle des serpent ardent, se déplaçant lentement vers l'emplacement de son cœur. Et la encore conformément à ce qu'il lui avait était dit, il mourut, son cœur transpercé par ses marques maudite, subissant des douleurs si intenses, qu'il en aurait presque souhaité la mort elle même.
Pourtant malgré la douleur qui chaque soir le tuait dans ces songes, ce n'était rien comparé à celle qui le ressucittait un peu plus tard.

Ainsi était le monde dans lequel toute les nuits, jackal évoluait, invariablement, et pourtant ce soir là, il reçu un visiteur. Le monde autour de lui se changea, et il vit un petit garçon assis sur un tabouret,

« qui est tu donc ? Demanda jackal, le vent commençant déjà à ce lever autour de lui sous la forme d'innombrables lames de vent
avatar
Jackal
Sept de Carreau
Sept de Carreau

Masculin
Nombre de messages : 156
Age : 28
Localisation : entre les ténèbres et les profondeurs de ton être
Date d'inscription : 05/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Jack le Sam 27 Juin 2009 - 10:14

Jack regarda Jackal un moment, l'examinant. Il le voyait souvent dans ses rêves, en train de commettre des massacres. Il semblait extrêmement fort et puissant, mais aussi un peu sauvage. Une créature de cauchemar en quelques sortes... Était-ce son tour de se faire tuer dans ce rêve ?

"Je suis une âme troublée", souffla le Joker.

"Je suis un enfant à qui on a volé sa mère, et dont le père est un monstre innommable. Je n'ai plus de point de repère, plus d'attache en ce monde. Je dois faire quelque chose de ma vie, mais personne ne m'a dit quoi."

Le Joker eut une expression sombre.

"Alors je voudrais reprendre ma mère à celle qui me l'a volé."

Puis il soupira.

"Mais comment ?"

Considérant les lames de vent autour de Jackal, Jack ajouta :

"Il semblerait que de toutes façons, pour avoir souhaité sa mort, la mort est ma punition. Frappe si tu le souhaites, inconnu, je ne te retiendrai pas."

En un souffle, il ajouta :

"Mais ma dernière volonté serait que si ma mère n'est pas à moi, elle ne soit à personne !"

Et ces paroles sonnaient comme une malédiction.
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Jackal le Mer 1 Juil 2009 - 20:13

jackal disparut dans un coup de vent, ne laissant derrière lui que quelques gouttes de sang.
Il se trouvait à présent juste derrière l'étrange enfant, son bras gauche entourant sa petite gorge, les doigts juste au niveau de la carotide.
Et dans un murmure, il lui chuchota à l'oreille:

Mais tu es déjà mort tu sais...

Une fois encore jackal disparut, se retrouvant maintenant une vingtaine de mètres devant jack, lui tournant le dos. Et c'est tout entier consacré à sa folie qu'il leva les yeux au ciel, et parla de façon théatrale comme si tout autour de lui n'était qu'une vaste mascarade, et après tout la vie en elle même n'est qu'illusions...

Tu es déjà mort, car il n'y a pas la moindre étincelle de vie dans tes yeux.
Insolent, sache que pour mourir, il faut d'abord vivre.
Quant à moi je ne tue que les vivants... quel plaisir pourrait je tirer à tuer ce qui ne fait qu'exister sans vivre ?


Se retournant brusquement et pointant jack il continua

MAIS... tu es venue jusqu'a moi... les règles élémentaire de la courtoisie m'oblige à écouter ta requête.
Encore que...
Comme tout à l'heure tes demandes ne sont pas bien formulées...


il avançait à présent vers jack, doucement, calmement, mais il ne marchait pas, il semblait glisser sur le sol

Elles ne sont pas bien formulées, dans la mesure où tu me demande quelque chose sans le savoir vraiment toi même. Alors que veux tu ?

Souhaite tu que cette personne, qui t'a ravis ta mère, l'unique personne qui semble compté pour toi, sorte de ta vie.
Recherche tu une raison d'exister, qui te permettrai d'affronter sereinement le temps qui passe inéxorablement.
Desire tu la mort de ta chère mère, qui t'a abandonné et trahis... Oh le pauvre enfant, perdu dans ce vaste monde, que faire... quelle pitiée et quelle tristesse.


Jackal s'amusait des tourments de ce pauvres enfant, un sourire lui déchirait la figure, sa folie était pour ainsi dire inscrite sur son visage.

Ou...

se volatilisant littéralement, pour réapparaitre au même instant derrière jack, il lui murmura

Peut être ce que tu desires, c'est tout simplement la fin de ton existence, trahis de celle que tu aimais tendrement, repoussé, ton existence ressemble à présent à un désert infini, comdamner à érrer sans fin.
Le repos éternel t'apporteras peut être un peu de délivrances.


recouvrant tout son serieux, jackal se mit instantanement devant l'enfant, et agenouillé lui dit

Commande petit enfant, car tu es à présent, et jusqu'a ce que je m'en lasse, mon maître. Aussi comme tout serviteur, votre volonté sera ma loi.
Mais mon maître, garder en tête que la destruction, n'est pas toujours le pire chatiment. Il existe des choses qui sont infiniment plus douloureuses, le coeur des hommes et des dieux et si facile à briser, et les âmes si facilement tourmentables que rien ne peut y resister... Maître.
avatar
Jackal
Sept de Carreau
Sept de Carreau

Masculin
Nombre de messages : 156
Age : 28
Localisation : entre les ténèbres et les profondeurs de ton être
Date d'inscription : 05/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Jack le Dim 18 Oct 2009 - 18:33

"Je veux que cette personne qui m'a ravi ma mère sorte de ma vie. Et si je peux la punir pour ce qu'elle m'a fait au passage, c'est tant mieux.", dit Jack sans l'ombre d'une hésitation [HRP : Vous en doutiez ?]

"Mais il y a des complications."

Jack commença à faire les cent pas.

"Ma mère est... quelqu'un de puissant. Et celle qui me l'a volée aussi. L'envoyer au diable à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière dans le désert Coeur, dans la toundra Pique, ou même dans un milieu vide d'oxygène, ne servirait à rien, elle trouverait toujours un moyen de revenir, et probablement un moyen particulièrement rapide. Il faudrait éventuellement la faire partir de son plein gré, mais j'ignore comment.

Ce qu'on ne peut écarter de soi, on peut éventuellement le tuer, ais-je pensé ensuite, arrivé à ce point de mes réflexions. Mais comme je l'ai dit c'est un être puissant. Le tuer n'a rien d'anodin. J'ignore même si la chose est possible. De plus, tant que ma mère est attachée à cette... personne, il est probable qu'elle fasse tout pour la défendre, ou s'étonne de ne pas la voir revenir...

Il faudrait donc d'abord s'arranger pour que ma mère cesse de protéger cette personne. Si elle a d'autres amis que je ne connais pas, il faudrait les écarter de notre chemin également. Ensuite, quand elle sera seule, abandonnée, il serait sans doute possible d'agir... Et dans cette situation, je te l'accorde, nous aurons des possibilités bien plus intéressantes qu'un simple meurtre...

Qu'en penses-tu ?"
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Jackal le Sam 19 Juin 2010 - 23:50

Jackal regardait le petit être devant lui.
Si toute ces années il avait pu survivre, c'est en grande partie parce que son esprit corrompue et détraqué pouvait percer la vérité au travers des apparences.
Ici une chose amusa l'assassin, c'est qu'il n'était pas en présence d'un homme. Ce sentiment était clair, il se dégageait bien trop de puissance du garçon pour qu'il soit un être normal

Monseigneur, vous n'êtes pas humain, non... vous êtes bien plus, sinon vous ne penseriez pas à des choses aussi futiles et hors de porté que l'exil dans des lieux impossibles.
Laissez moi vous aider monseigneur.


Tout en parlant Jackal se mit à éclairer les perspectives de vengeance de l'enfant, et dans un souffle il lui dit ce que lui aurait fait à sa place.


Vous parlez de tuer quelqu'un ou de l'exiler dans quelques lointaine contrée... quand bien même cela vous serez il possible, cela ne vous calmera pas plus que cela, ce qu'il faut c'est que cette personne souffre autant que vous avez souffert.

Oubliez donc les solution trop rapide, au contraire préférez transformer le pouvoir de cette personne en une prison éternelle.
Portez un coup profond à son âme, une blessure sanglante à son cœur, qu'un long et cruel désespoir pourrisse sa vie au point même que l'on souhaiterait la mort... et quand on est arrivé à un tel niveau de douleur et de tristesse... apparaissait et laissez la personne se morfondre un peu plus encore. Que son supplice dure éternellement.
L'avantage de la vie, en ce qu'elle est éphémère, c'est que les regrets ne durent jamais très longtemps, mais je n'imagine pas pire prison que les méandres de son esprit et ce pour l'éternité.

Pour vous vengez seigneur, vous devez chercher la pierre de discorde entre votre mère et cette personne, cela peut être un événement, un lieu ou une personne. Chercher dans leur passé et réveillez les vieilles querelles, attendez, et regardez les cœurs se briser Votre vengeance pourra alors commencer.



Puis Jackal s'agenouilla


Seigneur, dites moi ce qui vous tourmente plus en details, et je me ferais une joie de vous aider. Je ne vous demande qu'une chose en retour seigneur, donnez moi plus de puissance, donnez moi le pouvoir de créer le chaos sur terre, et permettez moi de déchainer l'enfer sur ce monde
avatar
Jackal
Sept de Carreau
Sept de Carreau

Masculin
Nombre de messages : 156
Age : 28
Localisation : entre les ténèbres et les profondeurs de ton être
Date d'inscription : 05/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La nuit, tous les chats sont Gris [PV Jackal]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum