Fête des moissons

Aller en bas

Fête des moissons

Message par Wolfgang le Lun 13 Juil 2009 - 2:15

Le crépitement des feux emplissait la pleine. Les gens valsaient autour d’un immense brasier situer au centre des festivités. Les masques reluisaient dans la lumière dansante des flammes. Tous avaient vêtu leurs plus beaux atours. Des rires fusaient de tous les côtés. L’allégresse était à son comble.

Les Cartes des différents royaumes se mélangeaient sans questions. Pour cette nuit, être Pique, Coeur, Trèfle, Carreau ou même Métisses n’avait plus d’importance. Les rancoeurs étaient oubliées pour les quelques heures à venir.
La fête des moissons étaient un moment important sur Decenta Emdor. Et tous faisaient son possible pour y aller.
Et les Atouts ne faisaient pas l’exception.

Assis sur le bord de la scène où les musiciens étaient installé, le Monde attendait le regard morose. Depuis plus d’une demi-heure, Cherry était parti avec une Carte le laissant là. Dans les centaines de Cartes présentes, la vingt-et-unième lame devait être l’un des rares à ne pas s’amuser. L’enfant émis un soupir.

L’Atout avait rencontré certaines de ses soeurs, mais celles-ci étaient vite emporté par un nouvel homme.

*Pourquoi suis-je incapable de m’amuser moi aussi? Ce n’est pourtant pas sorcier.*

L’enfant avait revêtu un habit indigo brodé or tout comme son masque. Le tout avait été choisi avec soin par la Papesse. Ses soeurs l’avaient quitté en lui disant qu’il serait le plus bel enfant de la soirée. Son visage s’assombrit sur cette pensée. Les autres ne le prendront-ils jamais comme autre chose qu’un petit garçon?

La mélodie de la chanson était continuellement la même et Wolfgang ne tarda pas à la fredonner. 1,2,3...1,2,3...1,2,3... Toute valse se comptait en trois temps. Celle qui résonnait sur la plaine ne faisait pas exception.

Un ombre se plaça dans son champ de vision. Le Monde ne pouvait pas voir le visage de la personne puisque celle-ci était à contre-jour. Le garçon lui fit un sourire timide.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 26
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Robert Begarion le Jeu 23 Juil 2009 - 12:09

"Bien le bonsoir." feula le masque dans l'obscurité.

Un simple visage de bois sec sans même une bouche, à peine verni et pas du tout peint, qui contrastait avec la richesse du vêtement de celui qui l'arborait. Surcot et chausses inondées de galons, dorures et motifs entrelacés de fils précieux. L'individu avait manifestement du goût pour ce qui était de se mettre en valeur par un habit, et beaucoup d'indécision quand il s'agissait de se dissimuler derrière un masque.

"Puis-je m'asseoir ?" continua de prononcer avec difficulté l'ombre.

L'enfant ne semblant pas y voir d'objection, il prit place sur l'estrade sans s'empresser. Un instant, la pensée qu'à cet âge on ne restait pas longtemps seul lui traversa l'esprit ; et peut-être attendait-il simplement des camarades, ou quelque petite demoiselle. En fin de comptes il n'est jamais trop tôt, non ? Mais tout paraissait indiquer que ce garçon était ce soir aussi seul que lui. D'ailleurs, pourquoi donc portait-il d'instinct un tel intérêt à un petit garçon ?

La réponse fut instantanée autant qu'évidente : afin de se débarrasser ne serait-ce qu'un soir de cette affaire de meurtre pour laquelle il avait bravé les océans. Une histoire qui empestait la noirceur et le chaos, tandis que le personnage à ses côtés respirait le calme et l'harmonie. Pour une raison inconnue, il se sentait libéré de ses tracas les plus pragmatiques, jusqu'aux sons étranges que son masque lui faisait émettre et qui avaient soudainement cessé de l'agacer.

Il se tourna vers ce curieux petit bonhomme. Naturellement, lui aussi le regardait avec curiosité, maintenant que la lumière du feu ne l'empêchait plus de distinguer ses traits. Ou plutôt l'aspect de son costume. L'homme voulut en savoir plus, sans se soucier de ce qui motivait cette envie.

"Es-tu venu de loin pour assister à tout cela ?" demanda-t-il au Monde en embrassant la plaine -et plus loin encore- de son regard.


Dernière édition par Robert Begarion le Jeu 13 Aoû 2009 - 12:02, édité 3 fois (Raison : Procédure standard d'élaguage des lourdeurs. Circulez m'sieurs-dames : y'a rien à voir !)
avatar
Robert Begarion
Dix de Cœur
Dix de  Cœur

Masculin
Nombre de messages : 280
Age : 27
Localisation : En amont d'un pommeau et au tréfond d'un fourreau.
Date d'inscription : 24/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Wolfgang le Dim 2 Aoû 2009 - 6:25

Le Monde regarda l’homme s’asseoir. Son masque contrastait avec son habit et l’enfant ne peut s’empêcher de sourire à nouveau. Une simple planche de bois, ou presque, avec deux trous pour les yeux. C’était tout le contraire du loup de l’Atout. Wolfgang ne pouvait s’empêcher de regarder de haut en bas le nouveau venu.

La voix de l’homme était peu audible, mais l’Atout n’eut qu’à tendre l’oreille pour comprendre. Sans le vouloir, ne songea pas à répondre en enfant.

-On peut dire ça ainsi. Mais pour vous loin c’est où exactement? Parce que le terme venir de loin peut différer d’une personne à l’autre. Car votre loin peut être proche pour moi. Et si nous n’avons jamais voyager, venir de loin peut seulement dire venir d’un village proche. Peut-être à une journée de marche. Mais votre loin signifie sûrement un moyennement proche pour moi. Vous me suivez?

Wolfgang lança à l’homme avec un regard amusé. La mélodie derrière était plus rapide que la précédente. Très rapidement, le Monde commença à pianoter les temps sur sa jambe. L’enfant ne désirait pas avoir une discussion sérieuse ce soir, mais l’homme l’intriguait. L’Atout ne savait pourquoi.

-Je... mmm... Non désolé.

Il ne savait pas quoi dire. L’homme dégageait une aura étrange pour l’enfant. Et pas besoin d’avoir des pouvoirs spéciaux pour s’en rendre compte. Le Monde le regarda à nouveau avant de fixer les danseurs. Puis il se tourna vers les musiciens.

-L’un d’eux a fait une fausse note. C’est très désagréable. Ils ne peuvent se le permettre. Je devrais leur montrer comment...

Il se tut. L’Atout n’avait que marmonner mais ses paroles avaient été assez audibles pour que son voisin les entende. Son regard s’était durci, mais Wolfgang s’obligea à sourire.

[désolée pour le temps que ça a pris en plus du fait que c'est peut-être un peu pauvre comme réponse]


Dernière édition par Wolfgang le Mar 15 Sep 2009 - 0:48, édité 1 fois

_________________
«Je ne voudrais pas être à la place d'un Joker, c’est un cul de sac.»

«L’intelligence ne se mesure pas de la tête aux pieds, mais de la tête au ciel.»
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 26
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Robert Begarion le Ven 14 Aoû 2009 - 14:17

Au rythme de la musique et des explications fluctuantes du garçon, lesquelles s'accordaient et semblaient même se répondre dans une symbiose peu commune, le visage inexpressif dodelinait de droite à gauche, peinant sans doute à n'en pas perdre le fil. Lui aussi sentit l'harmonie se briser en même temps que le cours des pensées du Monde, et peut-être perçut-il également l'erreur du musicien, alors qu'il écoutait pourtant ces instruments pour la première fois de son existence de Carte. Au regard de la musique et non de la géographie, il venait donc sans doute de plus loin que le petit, mais peu importe. Les deux trous circulaires creusés dans le bois sec semblèrent s'étrécir alors qu'il portait son attention au groupe des musiciens. La valse avait pris fin, une autre commencerait bientôt. Cela lui laissait peu de temps pour démasquer le fautif.

"Peut-être est-ce celui avec le minuscule flûteau évasé, au fond ?"

Cela expliquerait le son étrange et glissant qu'il avait cru ouïr...

"Mais une si petite chose est-elle vraiment capable de semer le chaos dans une symphonie d'une telle ampleur ?"

Et voilà que la moindre digression le ramenait à la réalité des évènements. En fait de peccadilles, ni l'une ni l'autre des affaires qu'il suivait n'était digne d'attention, à moins d'être une oreille exercée à la hauteur de celle présentement sise à son côté. Mais en fait d'ampleur, la démesure des évènements qui pourraient suivre deux meurtres au milieu d'un tourbillon de furie allait potentiellement de se révéler terrifiante. Les indices se rapprochaient de plus en plus, comme pour le narguer dans son impuissance. Toutefois, cette nuit, il voulait seulement s'échapper, fuir la destruction du monde et se réjouir, avant que ne sonne la dernière heure.

"Que peut-on faire contre les fausses notes, selon toi, petit garçon qui vient d'une contrée si lointaine ? Quand on les entend, elles sont déjà reparties. Et le mal est fait."


Dernière édition par Robert Begarion le Mar 3 Nov 2009 - 23:47, édité 1 fois (Raison : Rien à voir, circulez !)
avatar
Robert Begarion
Dix de Cœur
Dix de  Cœur

Masculin
Nombre de messages : 280
Age : 27
Localisation : En amont d'un pommeau et au tréfond d'un fourreau.
Date d'inscription : 24/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Wolfgang le Mer 16 Sep 2009 - 8:48

-Peut importe le fautif. Que ce soit le flûtiste ou le luthiste, ils forment un ensemble. Comme deux mains sur un piano. Si la droite fait une erreur, la gauche en commet elle aussi une. Celle de ne pas former un tout.

L’Atout avait parlé d’une voix morne. Il détestait que tout ne soit pas irréprochable. Et surtout pour une chose aussi simple que la musique. Pour se faire appeler musicien, il fallait savoir jouer de son instrument. Ne faire qu’un avec. Et pour réussir, aucune fausse note n’était tolérable. Qu’adviendrait-il si, lui, le Monde commettait l’écart dans son travail d’Atout ? Wolfgang le savait. Tout comme son père. Zoveda lui avait offert la chance de réparer son erreur, mais il avait refusé. Le Monde se serait haï plus qu’il ne s’haïssait déjà.

-Le monde qui nous entoure est rempli de ces petites choses comme vous le dites. Regardez en face de vous. Cet homme en rouge danse avec cette femme en pourpre. Il ne sait pas que SA femme, en vert et juste à côté du feu, le regarde depuis une heure. Celui-ci ne se doute de rien. Il butine de fleur en fleur en jeune tourtereau. Il en a le droit, c’est le but de cette fête. Seulement, depuis le début, il est parti trois fois dans le bosquet juste derrière nous. Sa femme l’a vu faire deux fois. Il a été insouciant. Et le voici qui passe à ma droite pour une quatrième fois. Regardez bien sa femme. Dans moins de trente seconde, elle va suivre les traces de son mari… Et voilà. Ensuite, regardez bien à l’endroit où se tenait la future veuve… oui juste là. Une bataille vient d’éclater. Pourquoi ? Sûrement une histoire de pacotille due à l’alcool. La faute d’avoir trop bu. Cependant cette petite faute vient de briser l’ensemble des festivités de plusieurs. Et ce, aura des conséquences sur tout le reste. Peut-être qu’un couple ne se formera pas du fait que le mari étant infidèle à sa femme l’empêchant d’être au lieu d’un probable affrontement pour les raisonnés. Et puisque se couple ne se formera jamais, aucun enfant ne naîtra de cet union avorté en avance. Me suivez-vous ? Mais le contraire peut toujours être possible. Chaque action ou réaction à un impact direct sur notre futur. Le meilleur exemple est notre conversation. Voilà que je vous parle depuis près de cinq minutes pour une histoire qui ne se réalisera pas puisque un musicien, peut-être le flûtiste, à commis une simple petite fausse note.

Wolfgang s’arrêta un instant. Il était rare que le garçon parle aussi longtemps. Cependant, ce soir, l’Atout se sentait plus « bavard » que les autres jours.

-Et on ne peut rien faire contre ces fausses notes. Ni vous, ni moi, ni même les Jokers. Il faut seulement espérer qu’il n’en entraîne pas de plus grosses et éviter de récidiver.

Du plat de la main, le garçon lissa son habit.

*Voilà, c’est beaucoup mieux ainsi. *

(en espérant que ça te satisfasse.)

_________________
«Je ne voudrais pas être à la place d'un Joker, c’est un cul de sac.»

«L’intelligence ne se mesure pas de la tête aux pieds, mais de la tête au ciel.»
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 26
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Robert Begarion le Jeu 24 Sep 2009 - 2:58

[Satisfait, je suis.]

Il n'avait pas émis un seul son durant la triste symphonie. Pas la moindre fausse note pour venir perturber le paradigme musical du Monde, de ce Monde. Jusqu'au dernier accord, les lois de l'univers s'étaient mises en place autour du soliste et un avenir parallèle avait vu le jour, l'espace d'un instant. Puis un gargantuesque ricanement vint foudroyer cette utopie, et les notes dégringolèrent de la portée tandis que le petit Wolfgang s'apercevait que ce bruit à la fois déplaisant et incongru provenait bien du visage de bois sec. Ce même visage qui ne semblait guère prévu que pour le murmure étouffé, venait de l'assourdir avec un éclat d'allégresse plus dissonant qu'il n'aurait pu l'imaginer.

Toute cette mise en scène, avec le schéma grotesque du couple moyen : son homme coureur de jupons balourd, ainsi que sa mégère acariâtre et jalouse, cela avait beau être du mauvais théâtre, il n'en avait pas moins ri aux éclats. Puis la sordide bagarre d'ivrognes, un tableau final grossier mais qui prenait des allures grandioses au gré de l'interprétation du musicien. Vraiment, soit ce gamin avait l'œil pour les détails et le talent pour l'improvisation à un point incroyable, soit il connaissait assez bien sa famille pour savoir que tante Greta ne lâchait jamais son époux des yeux bien longtemps, et pour déterminer avec précision quand l'oncle Alfred serait assez gris pour déclencher un esclandre. En tout cas, lui avait bien failli s'y laisser prendre.

"Touché." parvint-il à feuler comme à son habitude, seulement une fois que l'esbaudissement incontrôlé fut retombé.

Puis il observa sincèrement son innocent interlocuteur. Les orbites creuses qui scrutaient le visage juvénile du garçon étaient à la fois insondables et emplies d'un sentiment puissant mais indéfinissable. Quelles étaient les chances qu'il pense réellement ce qu'il avait déclamé avec autant d'alpomb ? Allez savoir jusqu'où peut voguer l'esprit, à cet âge-là.

"Ce serait vraiment formidable, si le monde n'était qu'harmonie, que viennent ponctuellement briser quelques fausses notes. Plus qu'à huer les coupables pour qu'ils n'y reviennent plus. Quelques tomates molles, et nous aurions un monde parfait."

Devant les grands yeux du Petit, l'homme derrière le masque de bois leva la main, puis la retourna à quelque distance devant lui, comme pour amorcer une démonstration gestuelle. Mais il éclata à nouveau de rire et ébouriffa joyeusement Wolfgang de cette même main, sans que celui-ci ne puisse réagir avant que sa coiffure ordonnée ne fut plus que désolation.

"Vois-tu, nous n'avons pas toujours notre partition sous la main. En ce cas, il faudrait être un excellent artiste pour jouer de mémoire et à l'unisson avec son voisin. Et quand bien même, rien ne dit que le morceau sera de notre répertoire favori. Ou même que nous l'ayons déjà joué une seule fois. Ou que quiconque l'ai jamais joué une seule fois. Alors dis-moi : où se situe la frontière entre vraies et fausses notes lorsque toute interprétation connue est exclue ?"

Le regard courroucé du Monde le transperçait de part en part, qui n'appréciait certainement guère de voir son délicat équilibre capillaire réduit à néant. Ou alors pensait simplement aux réprimandes à venir de sa mère, qui l'avait soigneusement et amoureusement coiffé avant la fête.

"Tu ne parviendras pas à remettre chaque cheveu à sa place. Certains sont tordus, d'autres brisés, ou encore tombés par terre. M'empêcher de récidiver en plaçant tes petites mains entre ta tignasse et moi ne restaurera aucun équilibre précédemment acquis. Quand tu n'as plus de modèle à suivre et que le futur est incertain, ne faut-il pas courir le risque de briser une musique vacillante pour en réécrire une nouvelle, même si rien ne t'assure qu'elle sera meilleure ?"

Ce garçon était-il seulement un excellent imitateur ?
avatar
Robert Begarion
Dix de Cœur
Dix de  Cœur

Masculin
Nombre de messages : 280
Age : 27
Localisation : En amont d'un pommeau et au tréfond d'un fourreau.
Date d'inscription : 24/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Wolfgang le Mer 28 Oct 2009 - 5:44

Ce garçon était-il seulement un excellent imitateur ?

« Un rire de baryton.

Après un aller-retour entre le visage de bois et le feu d’avant lui, le Monde laissa échappé un petit rire. Un simple Ahah pourrait être plus juste. Seulement pour le garçon, c’était un rire énorme. Il allait de surprise en surprise. Lui qui, normalement, ne parlait guère, il venait de produire le son que faisait le commun des cartes pour marquer leur amusement.

« Il faut se reprendre. Tu en fais trop.»

La planche de bois semblait plus intelligente que ne laissait paraître son aspect. L’apparence était parfois trompeuse... L’habit ne fait pas le moine… Enfin par pour tout le monde.

Le geste paternel de l’homme coupa tout sentiment de sympathie qu’avait Wolfgang pour la personne à ses côtés. C’était une action que faisait un oncle à son neveu, un père à son fils lorsque celui-ci est encore dans le merveilleux monde qu’est l’enfance. L’Atout regarda sa main puis la serra. Elle était petite et fragile. Tout comme lui aux yeux de tous. Cette main ne deviendra ni grande, ni puissante. La planche de bois venait de lui rappeler ce fait : il était le Petit.
Seulement, à la différence des autres, la planche de bois continuait de lui parler comme à un pair.

-Restons dans l’idée de la musique et de l’improvisation. La musique est tout autour, la seule chose à faire c’est d’écouter. Chaque personne est un instrument dans un énorme orchestre. Comme dans tout ensemble, il y a des instruments plus importants tels les premiers violons ou les solistes. Vous pouvez faire parti de l’infini de clarinettistes ou être le seule pianiste, là n’est pas l’importance. Il ne faut que résister à l’idée d’en devenir le chef car cet orchestre n’a pas besoin d’être diriger. Comme toujours, il y a des personnes qui s’essaient. Nos merveilleux Jokers s’y efforcent. Ils réussissent très bien. Pour le moment. Ce n’est que lorsque l’improvisation, la vraie, entrera en jeu que l’ensemble s’effondrera. Le reste n’est que fioritures. Le monde continuera toujours de tourner demain, je vous le promets.


[Pardon c'est un peu court et pas très consistent]


Dernière édition par Wolfgang le Jeu 5 Nov 2009 - 1:26, édité 1 fois

_________________
«Je ne voudrais pas être à la place d'un Joker, c’est un cul de sac.»

«L’intelligence ne se mesure pas de la tête aux pieds, mais de la tête au ciel.»
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 26
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Robert Begarion le Mer 4 Nov 2009 - 2:50

Le grand problème du rire, c'est qu'il est communicatif. Hystérique, bruyant, incontrôlable, discordant, chaotique et surtout communicatif. Ce n'est ni plus ni moins qu'une épidémie, qui se propage avec l'appétit d'une meute de rats. Rien de tel pour décimer la plus organisée des formations, comme cet orchestre qui ne serait plus que désolation dans l'instant si jamais un seul des musiciens se voyait contaminé. Alors le masque de bois avait ri, et l'enfant l'avait imité. À cet âge-là on attrape tout : les insectes, les babioles qui font du bruit, les sucreries en haut du placard, et les maladies n'y font pas exception. Rien de plus normal à ce que ce petit ai ri.

Pourtant, cela dérangeait.

Lui se serait attendu à une réponse plus violente. Ou moins, selon le point de vue. Quelque chose comme une susceptibilité vaguement blessée, une crise de larmes ou des cris, voire même un simple remarque déplaisante. Il aurait compris qu'on lui rende la pareille, que le garçon tente désespérément de le décoiffer à son tour. N'importe quelle réaction puérile lui aurait convenu.

Toutefois la musique ne cessait jamais, et les notes s'enchaînaient en même temps que l'hilarité de l'un puis de l'autre. À la manière de cet étrange enfant, le débat ne semblait jamais vouloir casser l'harmonie. Ou seulement faire semblant, pour qu'on réalise tout de suite après que la brisure était en réalité partie intégrante du morceau. Comme le soulignait très justement ce garçon, l'importance elle-même de l'individu n'avait pas d'importance. Rien n'arrêtait la mélodie, et rien n'était plus dramatique aux yeux de l'homme. De son instrument favori, il devrait à son tour jouer le morceau au mieux, puisque le pire était en vain.

"Je le crains."

Et sur cet accord terrible il laissa dégringoler les notes.

"Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige ou qu'il tempête, le Monde jouera toujours sa symphonie. Te déplairait-il que les Jokers veuillent diriger la représentation ? Pourtant, qu'il y ait deux, trois, cinq ou vingt-trois chefs d'orchestre... Où est la différence ? Au milieu de ces incessantes rixes instrumentales, on ne saurait dire si le Monde est chamboulé parce que les Jokers s'affrontent, ou si les Jokers s'affrontent parce que le monde est chamboulé. S'il n'y avait plus qu'un seul manieur de baguette, ne crois-tu pas qu'il y aurait un espoir ?"

Le visage de bois sec se tourna fugitivement vers la droite, puis vers la gauche, de peur d'avoir été entendu. Discuter de politique ou d'un quelconque sujet pouvant amener à la discorde entre les différents peuples était extrêmement mal vu en cette nuit. À raison, puisque la fête se voulait universelle : il n'y avait pas lieu de montrer ici ses velléités guerrières. En dépit de tout ce que pouvait receler de terrible la situation, il fallait être insouciant. Car la musique ne devait jamais ralentir jusqu'au lever des soleils.

"Et s'il est absolument indispensable que la mélodie s'arrête ?"

Les mots avaient sifflé à la manière d'un flèche, pour se ficher droit devant.

"Sans personne aux commandes, tout va s'emballer en un instant. L'un des violonistes commettra l'irréparable. Les bois répondront aux cordes, puis les cuivres voudront leur part et les percussions ne sauront quel rythme suivre. Ce sera trop tard."

Les deux abîmes sans fond à la surface du masque semblaient quêter désespérément une réponse auprès du Monde. Il y avait là une curiosité profonde. Pourquoi ce petit garçon détiendrait-il les réponses ? Et si... Trop de "si" dans ses discours. Il lui fallait une certitude.

"Comment arrête-t-on la mélodie ?"


Dernière édition par Robert Begarion le Sam 28 Nov 2009 - 16:34, édité 3 fois
avatar
Robert Begarion
Dix de Cœur
Dix de  Cœur

Masculin
Nombre de messages : 280
Age : 27
Localisation : En amont d'un pommeau et au tréfond d'un fourreau.
Date d'inscription : 24/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Wolfgang le Sam 28 Nov 2009 - 2:48

Sans l’avoir voulu, le pouvoir du Petit était entré en action. Une bulle les enveloppait les coupant du reste de la fête. Seule la musique les atteignait. La vie autour d’eux semblait distante et l’écho de leur voix était devenu un songe. Wolfgang se senti en aise de répondre. Seulement la lassitude était présente dans son timbre de voix.

-La réponse se trouve dans la réalité. Il n’y a qu’un seul manieur de baguette, à l’exception des percussionnistes, dans un orchestre. Vous ne verrez jamais deux personnes vous tourner constamment le dos lors d’une représentation. Et pourquoi ? Parce qu’il n’en faut pas plus. Il aide surtout à compter les temps. S’il pleut, s’il vente, s’il neige, s’il tempête c’est que le Monde l’aura voulu. C’est ça façon de s’exprimer. Les Cartes y voient le signe d’un quelconque Joker. Et de ces Joker lequel est le mieux ? Rouge ou noir, il n’y a aucune différence. S’il y avait de l’espoir…

Un silence. Changement. Ritardando conjoint avec un decrescendo.

-Il y différentes étapes avant d’arriver à l’espoir. D’abord nous pensons, puis nous croyons et enfin nous espérons. L’Espoir est une chose merveilleuse. Il nous permet de surmonter l’insurmontable. Beaucoup affronte la mort avec l’espoir comme seule arme. Je continue toujours à espérer que le Monde continuera à jouer sa mélodie car sans elle, je ne suis plus. A quoi bon continuer à vivre sans elle. Et si je devais élire demain celui qui deviendrait le guide du Monde, je ne pourrais le choisir parmi les Jokers. Ils sont heureux dans leur rôle de dieu, mais ne font rien pour sauver leur Monde. Et de toute façon qui suis-je pour juger ? Un Petit, rien de plus.

S’il faudrait élire quelqu’un demain, l’enfant hésiterait même à choisir son propre père. Le Monde ne serait-il pas mieux d’arriver à la mesure finale ?

Un demi-ton plus bas.

-Je ne peux répondre à cette question avec certitude car j’en cherche toujours la réponse. Je n’ai qu’une hypothèse. Une pièce à toujours un début et une fin, mais l’écho de la mélodie reste. C’est lorsqu’il n’y aura plus personne pour la fredonner que tout sera terminé. Le Monde survit par ces milliers de voix…

L’Atout eut les larmes aux yeux.

-Malgré tout le Monde perd des forces. Il doit toujours se montrer fort. Il doit tendre l’oreille à de nombreuses reprises. Chaque nouvelle catastrophe lui enlève des membres à cet orchestre et de l’espoir. Ma voix ne répondera pas toujours à la votre, mais au moins elle aura été écoutée à sa juste valeur.

« Je ne pourrai jamais être vraiment heureux »

_________________
«Je ne voudrais pas être à la place d'un Joker, c’est un cul de sac.»

«L’intelligence ne se mesure pas de la tête aux pieds, mais de la tête au ciel.»
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 26
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Robert Begarion le Mar 8 Déc 2009 - 0:13

La chose était indubitable.

"C'est donc ainsi."

Une note de déception avait frémi lors de cette réponse.

Dans le crâne derrière le masque, les bruits s'estompaient tandis qu'au son de la musique, il estimait cette voix à sa juste valeur. Chacun des conseils du garçon n'avait pas de prix. Effectivement, il avait été stupide de vouloir tout faire cesser parce qu'il existait une chance de tout voir s'emballer. S'arrêter, c'était prendre le risque de ne jamais repartir. Alors que le Monde devait continuer sa course, aussi effrénée qu'elle soit en direction de sa chute. Néanmoins, alors que tous les évènements se précipitaient, les idées emprisonnées dans cette énigmatique tête ralentissaient leur fol essor... Et se faisaient plus précises.

"Comme je le soupçonnais... Un seul chef d'orchestre, et une lutte acharnée pour ce fauteuil. Puis on l'obtient, et il faut rester debout pour donner la marche à suivre. Quelle ironie. Ce qui voudrait dire que Rouge ou Noire sont identiques ? Au contraire, petit homme, qu'une lutte se poursuive depuis l'aube des temps ne signifie pas qu'elle perdurera jusqu'à leur crépuscule."

Souhaiter le moyen d'arrêter la mélodie n'était que pure fierté, il le voyait maintenant au travers de ses orbites sans fond. Fierté, et obstination. Que les choses n'aillent pas comme selon son désir était presque inévitable : il ne pouvait pas poursuivre éternellement avec ses voiles à contre. Ce n'est pas de cette manière qu'on remonte le vent.

"Réfléchis bien : n'est-ce pas là le plus grand risque ? Prolonger assez l'existence du Monde pour voir l'achèvement de cette bataille. Vivre assez pour voir l'Une triompher de l'Autre. Rouge est un coucher de soleil sans fin. Noire est une nuit éternelle. Notre musique est-elle si sombre, petit garçon ?"

Alors dans ce cas, peut-être ne rentrerait-il jamais chez lui. Peut-être périrait-il dans une contrée lointaine et oubliée. Tout comme lui finirait dans l'oubli. Mais entretemps, il aura découvert une autre harmonie.

"L'espoir, je l'ai. Il existe une seconde mélodie. J'aurais voulu mettre fin à celle-ci pour choisir mon morceau à ma guise, mais je sais désormais que ce Monde ne se laissera pas faire. Il a du répondant, semble-t-il. Alors tant pis. Ou tant mieux, plutôt."

Changer sa décision, c'était infléchir sa route. Il ne jouait plus la même partition, et devait donc trouver un autre orchestre. Quant au lieu de la représentation... Si cela pouvait être la réponse au dernier problème qui tenait toujours l'ultime position fortifiée, au sein même de son nid à problèmes existentiels.

"Malgré cela, je ne peux pas croire que les Jokers ne s'affrontent que pour une place fantoche. Pour le privilège futile de compter les temps. Pour être aux premières loges du dernier requiem, en somme."

Cependant, l'oreille attentive que le masque avait prêtée aux dires de son très jeune compagnon lui indiquait qu'il ne trouverait pas cette réponse ici. Pas davantage que lui, le Petit ne savait percer les mystères qui opacifiaient les motifs des Jokers aux perceptions des simples Cartes. Peut-être parce qu'après avoir connu le compositeur, on ne peut plus jouer sa musique de la même manière ?

"Si cela peut te réchauffer le Cœur, je fredonnerai jusqu'à la fin."

Déployant ses espars dans un grand faseyement de toile, le visage de bois prit son envol.
avatar
Robert Begarion
Dix de Cœur
Dix de  Cœur

Masculin
Nombre de messages : 280
Age : 27
Localisation : En amont d'un pommeau et au tréfond d'un fourreau.
Date d'inscription : 24/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête des moissons

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum