Le démon des profondeurs

Aller en bas

Le démon des profondeurs

Message par Jack le Mer 11 Nov 2009 - 18:57

Les zones les plus profondes des mines Cœur ont toujours été entourées de superstitions. Certains mineurs prétendaient y avoir rencontré de petits hommes gras et barbus repoussant les visiteurs inopportuns à grand renfort de pioches et de haches, d'autres parlaient de cristaux lumineux qui tuaient à petit feu, d'autres encore affirmaient que c'était là que se cachaient vraiment les Jokers...

Mais si l'essentiel des mineurs s'accordaient sur le fait que le fond des mines était probablement dangereux et indubitablement sans intérêt tant que la partie supérieure était encore riche en bons filons, les rumeurs évoquant de vastes cavernes emplies de trésors anciens merveilleux attiraient toujours quelques Cœurs téméraires qui estimaient l'appât du gain plus fort que tout danger que les profondeurs pouvaient receler. Jacobi Delaplace était de ceux-là.

Depuis des années, ce vétéran de l'exploration minière s'affairait à chasser le trésor et à creuser et cartographier les profondeurs de Thear. On lui devait déjà la découverte de plusieurs filons aurifères, d'une veine de phlebotinum, d'une source d'eau gazeuse, et de plusieurs autres choses dignes d'intérêt comme des cristaux bleus et brillants de crysolite argentée que la noblesse s'arrachait. Mais celà n'était pas assez pour lui. Il était persuadé qu'il y avait encore quelque chose à trouver. Quelque chose de plus.

Une découverte récente avait fait renaître son enthousiasme : un réseau de galeries sur lequel il était tombé au hasard d'un coup de pioche. Le bord était trop nettement découpé pour être d'origine naturelle, et le fait que la roche ait totalement fondu jusqu'à en être vitrifiée ne laissait pas la place au doute sur la nationalité de la Carte ayant percé ces galeries. Depuis plusieurs jours, Jacobi étudiait le labyrinthe de verre à la recherche de quelque chose de valeur, en vain, mais il n'abandonnait pas : aucun Cœur digne de ce nom ne s'enfonçait si profond dans la terre sans une excellente raison. Parfois, malgré tout, un doute planait : et si ce n'était pas un Cœur ? Et si c'était le résultat d'essais d'une nouvelle arme Pique, laissé oublié dans la pierre ? Et si les rumeurs concernant la présence de Jokers dans les mines était avérée ? Dans ces moments, Jacobi se consolait en se disant que dans tous les cas, rien que ces informations valaient de l'or pour peu qu'il puisse réunir des éléments en mesure de les prouver.

Mais par contre, il ne pouvait rien contre la peur.

Combien de fois s'était-il retourné dans un couloir en se sentant observé pour découvrir qu'il n'y avait personne ? Combien de fois avait-il découvert avec appréhension une enfilade de couloirs en zig zag en se disant qu'il ne voyait plus bien loin devant et derrière lui ? Et puis il y avait la taille des galeries : le peu d'expériences qu'il avait fait pour évaluer leur grandeur n'avait abouti à rien, elles semblaient juste infinies, comme si elles menaient tout droit vers la demeure de Maka la Noire, ce qui n'était pas spécialement une destination rassurante.

Cependant, l'appât du gain restant plus fort, Jacobi s'enfonça toujours plus profond sous terre dans les jours suivant sa découverte. Il faisait de plus en plus chaud alors qu'il s'enfonçait sous Terre, chose plutôt agréable pour un Cœur comme lui mais qui laissait penser qu'il finirait par atteindre le coeur du volcan et devrait rebrousser chemin. Fait plus intéressant, il trouvait en abondance de nouvelles matières peu courantes à faible profondeur, pechblende et mikium notamment. Cependant, du fait de leur faible valeur marchande et du peu d'intérêt qu'elles avaient pour l'industrie, il se contenta de noter la position des gisement sur la carte et de continuer son chemin, supposant que ces minerais à forte densité étaient plus présents à grande profondeur à cause du grand volume de roche pesant au-dessus.

Mais plus il descendait profond, plus il se sentait observé. Plus il se sentait soulagé lorsqu'il remontait à la surface pour soumettre ses nouvelles cartes au service cartographique des Mines et prendre des provisions. Plus il répugnait à descendre encore. Jusqu'au moment où il trouva... la Caverne.

Une grotte immense, aux parois entièrement artificielles. Les murs cristallins avaient été polis avec un soin particulier, ce qui laissait supposer que les rumeurs concernant un trésor enfoui n'étaient peut-être pas si fausses. Plein d'espoir, Jacobi s'élança en avant. Ce n'est que quelques secondes plus tard qu'il prit conscience de la présence d'une autre créature vivante que lui, alors qu'il arrivait vers le centre des lieux.
En constatant qu'elle était verte et luisait faiblement dans l'obscurité, l'homme eut un mouvement de recul. Mais, en la voyant remuer doucement dans ce qui était manifestement un sommeil profond, la curiosité fut la plus forte pour Jacobi. Il s'approcha et examina la créature, puis sortit son carnet, cherchant à en faire un croquis fidèle.

Mais au fur et à mesure que son crayon passait sur le papier, Jacobi avait de plus en plus froid. Au départ inaperçue, cette sensation l'alarma rapidement. Comme se faisait-il qu'en ce lieu, le froid picote sa nuque de telle façon ? Il y avait là quelque chose de surnaturel et d'alarmant. Se redressant, le mineur se rendit soudain compte que ses mains et jambes commençaient, elles aussi, à luire doucement. Des signaux d'alarme résonnaient dans sa tête en tous sens, il se dépêcha de retrouver son chemin, de remonter, loin de la Caverne, loin de ce lieu maudit. Mais ses membres ne faisaient que luire de plus en plus. Et Jacobi avait toujours plus froid, se sentait toujours plus faible. A une centaine de mètres des couloirs fréquentés, ses jambes le lâchèrent, et il tomba à terre, tentant de ramper mais en vain.

Alors que sa vue se brouillait, que ses sens s'éteignaient progressivement, la dernière perception de Jacobi fut l'étrange sensation que son corps était en train de se liquiéfier.



Dans l'ombre des mines Cœur, une forme verte luisante et gélatineuse venait de prendre vie, dissolvant ce qui restait des vêtements de Jacobi Delaplace.

La forme ouvrit des yeux rouges et, lentement, rebroussa chemin, descendant dans les mines, dans un chemin parfaitement connu, parfaitement maîtrisé. Arrivée dans l'immense caverne, elle ne s'arrêta pas dans sa contemplation : elle savait pleinement quel était le rôle de cet endroit, où menait chacune de ses multiples entrées sur Decenta Emdor. Sentant la douce chaleur issue de la radioactivité naturelle ici omniprésente, elle émit un grondement satisfait en se dirigeant vers l'immense créature qui dormait encore au centre de la pièce.

Maman.
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 27
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum