Le bar d'à côté

Aller en bas

Le bar d'à côté

Message par Sxib le Ven 28 Mar 2008 - 18:11

Ca devait être une journée comme une autre. Raté.

Max, patron du bar "Chez Max". Très dur à retenir comme nom. Il a établi sa boutique il y a quelques années. Ca tournait pas mal cette affaire. Il avait ses habitués. Le plus souvent les employés du dépôt. Et des occasionnels, comme les clients qui en sortait.
Son bar était connu dans la région. Comme insalubre. Même les rats fuyaient cet endroit. Mais que voulez-vous, tout les concurrents disparaissait deux jours après avoir ouvert leur échoppe... Alors personne ne venait s'installer. Pas fou les gens. Pas pour ça en tout cas.

En bref, c'était le soir, il venait de fermer boutique après départ de ses clients bourrés. Il se rendait dans l'arrière-boutique pour ranger la précieuse recette du jour. Qui était assez considérable, pour un humain. M'enfin je suis pas là pour raconter ça. Donc notre Maxou se dirigeait vers le fond, quand juste à côté de lui il entendit un déchirement. Il regarda les objets, les murs mai ne vis rien... Pourtant il y avait eu comme un mouvement furtif, il en était certain. Il devenait fou. Oui, il va se reposer et ça ira mieux après.
Il se retourna et sursauta quand le bruit recommença. Cette fois il ne se laisserait pas avoir ! Il fonça vers le harpon posé contre le mur et visa partout dans la salle. Sans rien voir. Là ! Oui il y a un éclat argenté... comme une pointe. Toujours plus étrange. Voilà que la pointe bouge, elle se baisse dans un bruit de déchirure. Elle se recule et disparaît.
Max se tourne pour voir ce qui se passe, et vois une longue fente noire... dans l'air. Il n'a pas l'air rassuré. Marrant. La faille commence à grandir, et dedans il y voit deux points rouges qui brillent dans la noire obscurité. Max se recule, visiblement apeuré. Des sortes de vagues argentés sortent sur le côté, et agrandissent encore la faille. Les points rouges se rapprochent et finissent par en sortir. La faille se referme derrière un être plus qu'étrange. Moi. Merci pour vos applaudissements. Mais je ne les méritent pas. J'ai un pied qui n'est pas sorti. Oui je sais.
Je le regarde bizarrement, il me regarde étrangement.


"Excusez-moi, une minute"

De ses longues manches sortent des mains complètement argentées, dont l'une se module en lame de faux. Elle perce l'air près du pied-qui-n'est-pas-là-à-cause-d'un-pouvoir-de-me***, et le pied intègre la pièce. Il regarde de nouveau Max, qui n'en croit toujours pas ses yeux.

"Salut toi. Moi je suis Sxib, le troisième Joker. Et demi."

"T'es quoi ?!"

"Sxib, Joker de mon état."

"Toi un Joker ? Mais c'est pas possible, le Joker rouge c'est Ronny, et le noir c'est Maka, toi t'es aucun des deux ! Tu mens !"

"Je t'assure que non mon gars."

Pourquoi faut-il que les gens soient si bêtes ? Encore un qui va finir sa vie plus tôt que prévu. J'écarte les bras, les manches couvrant tout.

"Tu es qu'un coeur, c'est marqué sur ton front ! Je hais les coeurs ! Tu vas crever ! Je sais pas comment t'es arrivé là, mais tu vas jamais en sortir !"

"On dit "vous" quand on s'adresse à un Joker."

Tout d'un coup, par ma miraculeuse magie, nous voilà transporté sous le bar. C'est-à-dire sous l'eau. Tout de suite je vois des branchies sur lui. Moi je n'en ai pas besoin. Je ne respire même pas, après tout. Oh. En plus des branchies voilà une jolie bouche pleine de dents. Sur plusieurs rangées.

"On ne défie pas un pique sous l'eau, débile."

Je fais craquer ma nuque (bon ok sous l'eau ça s'entends pas mais c'est juste un effet de style). Il me fonce dessus. Je lève les bras. J'en connais un qui va se prendre une vague de vif-argent dans les dents.
Ou pas. Les manches retombent le long de mon corps. Oups. Mauvais moment pour la panne sèche. Surtout sous l'eau. Enfin la panne de pouvoir je veux dire. Bref, j'ai un piranha qui me fonce dessus, qui m'arrache ma manche. J'ai un peu réussi à l'éviter. Le temps de me retourner je le vois qui me vise avec son harpon. Re-oups. Le harpon part. Mince. Allez, marche sale Haut Péri. Je sais c'est pitoyable, mais dans ce genre de situation il ne vous reste que l'humour. J'avais jamais vu une pointe de harpon à deux millimètres de mon visage. On est obligés de loucher pour la voir. Ca fait très stupide.
Le harpon pénètre dans mon corps, qui se dissous dans l'eau. Maxou-poisson il y comprends plus rien. Jusqu'à ce qu'un fantôme argenté arrive derrière. Il se retourne mais trop tard.
Les poissons n'ont qu'à se régaler. Ils ont du l'entendre, avec tout les cris qu'il a poussé.

La place devant le dépôt. Me voilà revenu devant, mon apparence habituelle. C'est assez étrange, je ne sens pas que du pique pur et du métissé ici... Je sens... du coeur ?
avatar
Sxib
Joker Renégat

Masculin
Nombre de messages : 42
Localisation : sur un compte... ou un autre...
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Auradore de Montnoctes le Sam 29 Mar 2008 - 23:46

*Allez bouges toi un peu !! Non mais je te jure quelle nul celui là...*

Même pas envie de répondre. Il n'en aurait pas eu la force de toutes les manières.
Tout avais mal , trés mal, tourné. D'abord il aurait due être accepté avec honneur et défference.
Mais non !! Cette cinglée de présidente avait commis un incident diplomatique et ça evidemment c'est le genre de chose qu'on ne lui dévoile pas.


*T'es un espion et un assassin je te rappel, t'es sensé pouvoir trouver tout seul....*

Oh et celui il pouvait pas se taire un peu non ? Il est en train de se vider literralement de son sang et il ne trouve rien de mieux à faire que de le critiquer....

Aprés avoir réussi à sortir ( par miracle ) du batiment présidentiel il avait due fuir par les égouts. Il déteste l'eau...surtout cette eau. Il prefferait se dire que c'était de l'eau, avec une drôle de couleur certe mais de l'eau tout de même.

Ah enfin quelqun. Un drôle de type pas trés net assis devant un bar miteux.
Si il n'est pas net alors tant mieux, il doit connaitre des planques dans la ville. Et avec un peu de chance il pourrat même le soigner. Enfin il vaut mieux ne pas y compter, il est surement pas medecin, ce type n'a pas l'air d'une flèche.

Orion verifie une derniere fois que ses bandages de fortunes tiennent encore et qu'on ne remarque aucune blessure à travers ses vêtement typiquements piques à présent. C'est pas le moment de faire peur.


"Bonjour mon ami, belle soirée n'est ce pas ? Un peu humide à mon goût.
Ne sauriez vous pas ou je puisse trouver une chambre tranquille par ici ? Et un medecin ? Je me suis fait agresser par un carreaux aux alentours du palais présidentiel, je vous jure ceux là...ce sont tous des brutes sanguinaires, on devrait les exterminer."

*Ton sens de l'humour est encore plus pathétique que le mien...*

*Oh tais toi il faut bien que j'explique pourquoi je suis dans cet état et puis si je fais courir la rumeur qu'un carreaux s'en prends à de braves gens on pourra facilement faire le rapprochement avec l'abomminable meutrier du conseiller, et comme la situation carreau/pique est déjà pas terrible comme je l'ai "appris"...*

Orion repporta son attention vers son interlocuteur. Il avait vraiment l'air étrange.
avatar
Auradore de Montnoctes
Neuf de Cœur
Neuf de Cœur

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Sxib le Mer 2 Avr 2008 - 23:33

Comment ça j'ai l'air étrange ? Plus aucun respect des jeunes. Enfin ceci expliquant cela, malgré son air typiquement pique, ce mec était bien un coeur. On ne lui faisait pas. Par contre le fait qu'il n'ai pas encore fui c'était bizarre. Celui qu'il lui adresse la parole encore plus. C'est vrai que je ne suis pas un modèle de beauté. Et puis se balader avec le symbole du coeur sur le front au royaume des piques, c'est assez suicidaire. Ca doit être pour cela que ce coeur a débarqué.

"Je suis désolé mais je ne suis pas du coin, juste un diplomate envoyé par les coeurs. Néanmoins j'ai ici-même un logement, où nous pourrons sûrement trouver de quoi vous soigner."

Comme par magie... La pancarte du bar avait disparu. Etrange ? Non joker. Héhéhé. Par contre je me demande ce que je vais en faire. Je me lève, courbé comme à mon habitude, et je tends ma manche à la porte qui s'ouvre. Ô miracle de la technologie. En apparence. Entre mon petit...
avatar
Sxib
Joker Renégat

Masculin
Nombre de messages : 42
Localisation : sur un compte... ou un autre...
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Le Pendu le Dim 6 Avr 2008 - 16:45

"Un diplomate Cœur ? J’ignorais que notre beau
pays était aussi proche d’une alliance avec votre peuple.
"

Tranquille, une voix flûtée incontestablement masculine vint
se mêler à l’improvisé concerto pour voix humaines de deux étrangers à Pesda.
De derrière un journal tenu grand ouvert devant son visage, assis sur un banc, le
troisième intervenant ne laissait voir de lui que quelques doigts fins, ainsi
qu’une paire de jambes enveloppées d’un pantalon de velours noir prolongées par
des chaussures de cuir verni impeccablement entretenues.

Le personnage, dont les paroles acousmatiques se teintaient
d’un intérêt poli mais quelque peu forcé, manifestait ainsi une fortune aussi
probable qu’importante : autant de propreté sur sa personne ne pouvait
provenir que d’une armée de domestique, occupée à lustrer constamment ses
tenues continuellement souillée par l’eau sale des quartiers Piques les moins
étanches –à moins, naturellement, qu’il n’ait la possibilité d’éviter
totalement de fréquenter ces lieux où se déroulaient l’immense majorité de la
vie économique Pique, ce qui revient alors à la première hypothèse.

À Pesda, ne jamais mouiller ses vêtements tenait de
l’impossible gageure ; mais l’homme au journal avait un pantalon
parfaitement sec, comme s’il empruntait des chemins où l’eau de la ville
n’aurait pas existé … Quant auxquels, difficile à dire : nul ne l’avait vu
approcher du banc où il s’était assis.



Il tourna méthodiquement une page de son magazine.

"Votre tunique me fait dire que vous avez des liens avec
les Carreaux, ambassadeur. Me tromperais-je ?
"

Comment avait-il pu voir cela sans lever les yeux de son
journal ? Ce n’est qu’à ce moment qu’il abaissa sa barricade de papier,
révélant un visage souriant aux yeux las, surmonté de cheveux rouge vif aussi
embroussaillés que le reste de son apparence était soignée …


"Visiblement, la situation politique de notre drôle de
monde évolue plus vite que je ne saurais la suivre. J’aimerais que vous m’en
disiez plus, ambassadeur. En tant que Pique, la destinée de ma nation
m’intéresse !
"

Il se tourna alors vers l’espion blessé avec un sourire qui
pouvait peut-être être qualifié de "railleur".


"Nous pouvons bien prendre le temps de discuter un peu,
vous ne semblez pas être au bord de la mort, Monsieur !
"
avatar
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Sxib le Dim 6 Avr 2008 - 20:05

"En tant que Pique" ? Il croit tromper qui là ? Ca m'étonnerait qu'un type pareil soit pique. Il est apparu sans que je m'en aperçoive, c'est vraiment très bizarre... En plus... il n'a pas d'odeur... Ca c'est flippant... Et surtout ce n'est pas dans les habitudes pique de se tenir comme ça. Il est trop... souriant. Non sérieusement je ne vois pas du tout ce que c'est...

"Peut-être devriez-vous vous tenir un peu au courant mon cher Pique, que la mode est en ce moment au carreau. Je ne me mets qu'à la mode..."

Et voilà une belle tirade illustrée d'une révérence, montrant mes mains...normales ? Oui j'aime bien jouer avec les apparences. Ce type dégage une impression d'un pouvoir... pas élémentaire... plus comme un bruit sourd. Même les jokers n'en ont pas un comme ça. Il inspire un peu la peur, il faut le dire. Encore plus que moi. Il faut que je sache qui il est...

"Oui je suis ambassadeur coeur, mais ces messieurs du gouvernement n'ont pas consenti à me recevoir, me voilà donc ici dans la rue, dans cette taverne minable..."

C'est sûr que niveau confort, même le corps de l'autre était mieux...

"Si vous voulez une collation, nous pouvons entrer, je suis sûr que le tavernier se fera une joie de nous recevoir... Allons-y monsieur... ?"

Très vite je me relève. Ouais. J'ai vraiment pas de bol. Espérons que ces personnes ne remarqueront pas mes manches qui pendent sans rien dedans... Fichu pouvoir de me***.
avatar
Sxib
Joker Renégat

Masculin
Nombre de messages : 42
Localisation : sur un compte... ou un autre...
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Auradore de Montnoctes le Mer 9 Avr 2008 - 19:03

Orion reste un instant la bouche ouverte, les bras pendant. L'air completement à l'ouest quoi.

*Résumé de la situation. On a un mec qui se fait passer pour un coeur mais qui n'en est pas un. Je connait tout les ambassadeurs coeur mais celui là...jamais vu. L'autre est un pique qui n'est pas mouillé et qui apparait de nulle part, donc surement pas pique. Et moi qui suis coeur déguisé en pique... je nage.*

Pour un peu et on aurait pu croire à la réunion de trois espions au même endroit. Ca aurait pu être marrant. Par contre ils ne risquaient pas de passer inaperçus...

Notre éclopé suivit finalement le mouvement. L'interieur du bar était aussi insalubre que l'exterieur le laissait prévoir, le pseudo pique avait aussi suivi le pseudo coeur.
Une chose étrange de plus. La tension entre ces deux hommes étaient palpable, un instant ils semblaient prêt à s'entretuer et deux secondes plus tard ils s'invitaient à boir un verre... peut etre des malades mentaux ?


"Je me vois forcé d'apporter quelques éléments nouveaux à votre discussion, des faits qui se sont déroulé il y a moins d'une heure non loin d'ici. Le temps est peut être aux carreaux mais il n'est plus à l'entente trefle et pique. On raconte que le premier ministre a était assasiné par un ambassadeur trefle aprés que la présidente ai voulu le tuer, pas étonnant lorsque l'on sait ce qu'il s'est passé lors du dernier conseil des souverains.
Donc le temps est aux carreaux si ils contractent une alliance avec les coeurs, et il me semble avoir entendu des rumeurs allant dans ce sens, me tromperais-je monsieur...?"

Pendant ce temps les trois hommes s'étaient instanlés autour d'une table et se trouvaient on ne sait trop comment avec un verre à la main.
Orion se surpris à penser qu'il n'était surement pas tombé au bon endroit pour se reposer tranquillement.
avatar
Auradore de Montnoctes
Neuf de Cœur
Neuf de Cœur

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Le Pendu le Jeu 10 Avr 2008 - 17:25

L’homme aux cheveux roux écoutait les précisions du second « Pique »
attablé avec un sourire amusé, mais des yeux mornes. Difficile de dire s’il s’ennuyait,
s’il n’appréciait pas la tournure des évènements décrits par le convive, ou
tout simplement s’il pensait à autre chose.


Il jetait parfois des regards rapides à son journal, replié
à côté de son verre, une page de mots croisés mise en évidence. On n’avait pas
encore commencé à y jouer, mais le regard du lecteur se posait sans arrêts sur
la même définition : « a le moins de points mais donne le plus »,
en deux lettres. Qu’est-ce que cela pouvait-il bien être ?...



La conclusion à laquelle l’intervenant était parvenu était
plutôt sombre pour le peuple Pique : les Trèfles étaient dorénavant
clairement hostiles à lui, et Pesda se trouvait donc menacé par une possible
coalition Cœur-Carreau.

Cette idée provoqua un instant l’élargissement du sourire de
l’homme au journal, comme si cette possibilité lui paraissait absurde ;
mais il se reprit rapidement, car son personnage ne prendrait pas ce genre de
choses à la légère.

Il hocha la tête sans se compromettre, et décida de voir ce
que l’ambassadeur allait répondre à cela.

Il commençait à se dire qu'il avait eu raison de s'arrêter ici, en compagnie de ces deux étranges individus.
avatar
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Sxib le Sam 12 Avr 2008 - 22:57

Put*** de pouvoir qui me lâche toujours aux mauvais moments. Bon ils ont pas l'air d'avoir remarqué que je n'avais pas de bras.
La situation politique me paraît assez amusante. J'en étais pas au courant, mais là je sens que je vais bien m'amuser à regarder ça. Au fait c'est quoi le conseil des souverains ? Il faudra que je me renseigne.


"Appelez-moi juste ambassadeur.
Pour répondre à votre question, je ne pense pas que les Trèfles puissent rompre d'un seul coup l'alliance avec les Piques. Les Coeurs et les Carreaux sont soudés, ils ne feraient qu'une bouchée des Piques, et les Trèfles se retrouveraient sans aucune défense contre la coalition. Néanmoins, pour être allé plusieurs fois chez les Trèfles Et en être souvent sorti avec un truc planté dans mon corps, ou carrément avec une partie en moins, je ne sais pas si leur orgueil naturel ne les feraient pas vouloir tenter une alliance avec les carreaux.
Mais bon ils sont tous imprévisibles, Piques, Carreaux, Trèfles, même Coeurs... Après tout ce ne sont que des cartes qui ne pensent que comme elles ont toujours eu envie de penser... Sauf peut-être les Piques, ce qui leur a permis de prendre une avance considérable sur les autres peuples... Mais c'est une tout autre histoire.

Je me souviens encore de la tête du roi Coeur quand il a vu un seul Pique pour faire face à son armée... Et l'autre quand le Pique les a écrasés. Ah, la bonne vieille époque des bombes soniques... Elles me manquent ces petites.

Tiens ? J'ai récupéré mes bras. Enfin pouvoir boire un coup. Ma main sort de ma manche. Oups un peu trop argenté. Voilà c'est mieux. Re-oups je n'ai pas de bouche. Ma main se pose doucement sur la table... Je vais pas boire sans bouche, ça vaut mieux pas.
C'est quoi ça ? Un papillon ? Ici ? Oulà. Un papillon argenté à rayures roses. Mon pouvoir déconne vraiment. Allez disparais, toi... gnnnnn... saleté de pouvoir à la
avatar
Sxib
Joker Renégat

Masculin
Nombre de messages : 42
Localisation : sur un compte... ou un autre...
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Le Pendu le Lun 14 Avr 2008 - 17:14

Le rouquin émit une sorte de ricanement.
« Vous n’êtes pas charitable avec votre peuple, Monsieur l’ambassadeur ! Les Cœurs ont, je crois, encore bien des choses à nous apprendre … Les Piques ne sont guère supérieurs aux autres peuples : malgré leur technologie supérieure, ils restent une minorité ethnique sur Decenta Emdor, et leur taux de criminalité est trop élevé pour une nation qui se veut supérieure … »
Le convive soupira avec une certaine théâtralité, en basculant sur l’arrière de son siège.

« De fait, nos statistiques indiquent que nos compatriotes sont les moins religieux de tous les peuples. C’est peut-être de là que provient le peu d’importance qu’ils accordent à la moralité que nous ont accordé les Jokers, vous ne trouvez pas ? Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, dit-on. »
Lancé dans sa démonstration, le jeune homme ne s’arrêta guère de discourir ; mais il cessa à ce moment d’accorder son attention à l’autre Pique de la très réduite assemblée pour farfouiller dans la poche droite de son pantalon. Entre deux circonlocutions, il se pencha distraitement vers son journal, et écrivit avec le stylo noir ainsi découvert le fameux mot qui le narguait depuis quelques minutes, et auquel il venait enfin de penser, par association d’idée. Il écrivit deux lettres : un A. Un S. As.

« Mais revenons à l’échiquier du monde, si vous le voulez bien. »
À vrai dire, il ne se souciait pas particulièrement de la volonté de ses auditeurs.
« Il me semble que vous ayez oublié un peuple pourtant puissant, ambassadeur. Le temps où les … Métissés, déclara-t-il après un instant de suspense, constituaient une puissance mineure est révolu depuis des siècles. J’ai étudié leurs croyances, leurs us et leurs pouvoirs, et, croyez-moi ambassadeur, s’ils le désiraient, ils pourraient renverser au moins un royaume établi. S’ils s’unissaient, ils pourraient venir à bout de l’une des quatre Couleurs, qui sont malheureusement bien loin de se soutenir, comme vous nous l’avez fait remarquer tantôt. Non, le seul problème pour eux, voyez-vous, c’est qu’ils sont divisés. D’innombrables petites tribus plus ou moins barbares, une unique cité peuplée de pêcheurs, et de discrets prolétaires disséminés dans les quatre royaumes, voila ce que sont les Métissés. Il ne leur manque qu’un chef charismatique pour dominer les vieux continents –un chef qui n’aurait pas besoin d’appartenir à leur peuple, d’ailleurs … »
Le verbicruciste lorgna vers l’ambassadeur : comment le diplomate réagirait-il à cette pique ?...
C’est alors qu’il remarqua un mouvement dans les airs, et machinalement, leva les yeux.

« Mais il y a plus importants, Messieurs. La question qui me taraude le plus en ce moment … »
Il fit alors un petit geste de la main, plus pour le panache qu’autre chose, et un malheureux lépidoptère s’écrasa sur la table, les muscles irrémédiablement paralysés.
« … c’est l’espèce à laquelle appartient cette étonnante créature. », conclut-il en examinant les rayures de l’insecte.
Il leva les yeux vers les autres convives, dont l’un était probablement le créateur de cette engeance.

« Aucun de vous deux n’aurait la moindre petite idée à ce sujet, par le plus grand et miraculeux des hasards … ? »


Dernière édition par Le Pendu le Lun 14 Avr 2008 - 17:50, édité 1 fois (Raison : C'est à votre tour, Monsieur Orion ... Hé. Hé. Hé.)
avatar
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Auradore de Montnoctes le Mer 16 Avr 2008 - 17:34

*Ca y est c'est sur je suis tombé avec des fou furieux... il en a un qui essaye de masquer qu'il lui manque la moitié de ce qui constitut une carte normal et l'autre qui nous parle de papillon et de conquête du monde...*

Et puis qu'y avait il d'étonnant à trouver un insecte dans ce bar ? Le miracle eu aurait été de ne pas trouver une blatte ou quelque chose dans ce genre en train de ramper par terre, sur les lattes de bois moisis et noires de crasse. En revanche il devait reconnaitre que leurs points de vu sur le vaste monde était assez interréssant, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas parlé à quelqun pour une autre raison qu'endormir sa méfiance.

"Hum, je ne pense pas que ce papillon ou quelques autres insectes aient une quelquonque importance, en revanche je voudrais revenir sur votre discours.
Il ne me semble pas que les métissés représentent une si grande menace que vous la faîtes, certe j'avous ne pas savoir grand chose sur eux, ni même avoir essayé de savoir quoique ce soit sur leur mode de vie (ce qui est absolument faux) mais vous ommetez quelque chose d'important dans votre analyse en vous plaçant d'un point de vu objectif...il s'agit justement du regard que porte les quatres peuples sur eux. Croyez moi, si nous voyions un jour les métissés se rassembler, les autres cartes sauront bien oublier leurs differents pour combattre ceux qu'ils ne considerent au final que comme des erreurs.
Quand à un chef qui n'appartient pas à leur peuple, peut-être l'accepteraient ils ? Mais il ne faut pas oublier l'essentiel, Le Joker Blanc le tolererait-il ? Certe il peut paraître bienveillant en comparaison des deux autres mais verrait Il d'un bon oeil une intervention étrangère visant à diriger son peuple ?"

La grande question, que pensaient les Jokers. Personne ne pouvait répondre à cela mais ses deux compagnons de table avaient l'air assez bien informé, peut être connaisaient ils des As ?
Le "coeur" avait finalement réussi à boire aprés la réapparition de sa bouche et le "pique" fixait son insecte...


"D'où vous vient cette passion pour les insectes ? Je n'ai pourtant pas entendu dire qu'il y en ai baucoup dans la cité."

Que faire aprés ? Ces deux types pouvaient être interressant mais le temps passait et les recherches allaient commencés, à ce moment ils deviendraient des témoins génants. Bah il n'y aurait qu'à glisser un peu de poison dans leurs verres et on en parlerait plus.
avatar
Auradore de Montnoctes
Neuf de Cœur
Neuf de Cœur

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Le Pendu le Sam 19 Avr 2008 - 17:41

Le prétendu Pique observa encore un instant le papillon, puis releva son sourire éternel vers le blessé.
"Vous venez de le dire : ils sont rares dans notre cité. J’éprouve donc un certain intérêt pour les quelques vermines persistant à survivre dans un monde à moitié immergé que nous nous efforçons de rendre le plus hygiénique possible. Surtout les papillons, qui se nourrissent habituellement de pollen, alors que les fleurs ne supportent que la chaleur de nos serres ... Ces créatures sont d’une robustesse surprenante, presque humaine … mais en l’occurrence, c’est surtout la coloration des ailes de ce spécimen qui m’intrigue. Rose rayé d’argent, je n’en avais jamais vu de semblable."

L’homme au journal tourna son regard vers "l’ambassadeur", qui à ce moment précis était en pleine possession de ses moyens. Coïncidence étonnante ou attitude affectée, il ne semblait pas avoir remarqué le caractère évanescent des membres de son inquiétant hôte. Son regard ne s’était jamais posé sur une partie absente du diplomate, mais ç’aurait été faire preuve d’une grande distraction que de ne pas voir ne serait-ce que du coin de l’œil les phénomènes étranges se déroulant à son bout de table.

Il recentra son attention sur sa victime infime, et la souleva délicatement par l’abdomen pour l’étudier en pleine lumière, avec une grande sollicitude pour les ailes, qui constituaient de loin les particularités les plus frappantes de l’animal. L’arthropode était par moment agité de tics discrets, qui déplaçait vaguement ses deux appendices, mais n’arrivait toujours pas à bouger suffisamment pour s’envoler, ni même pour lutter contre l’étreinte de son ravisseur.

« Un caprice des Jokers, finit-il par conclure avec un certain dépit, sans pouvoir en dire plus. Ou d’autre chose d’ailleurs … Je ne crois pas que la volonté des Jokers soit suffisante pour expliquer tous les phénomènes physiques. Hé. »
Il réprima un petit rire déplaisant : il venait de se souvenir que ces temps-ci, d’après ce qu’en révélait Zoveda avec l’orgueil de l’artisan satisfait, les Jokers passaient justement des nuits blanches à se demander comment la situation avait bien pu leur échapper à ce point.

« Hé. Écoutez donc ceci : pourquoi la guerre règne-t-elle depuis toujours entre les quatre –maintenant cinq- peuples du monde ? Pourquoi ne parvenons-nous jamais à signer définitivement un traité de paix, et devons-nous sans cesse nous contenter d’armistices ? Les pertes en vies humaines sont pourtant bien trop lourde pour que l’opinion publique reste belliqueuse, sans compter que ce conflit prolongé saigne aux quatre veines nos économies. Pour qu’une telle boucherie puisse persévérer à travers les millénaires, ce serait incroyable que les Jokers n’y soient pas étrangers –ou une autre puissance, mais nous rentrons alors de plein pied dans la science-fiction ou la théorie du complot. Hé. »
Nouvel éclat de rire étouffé, aussi incompréhensible que déplacé pour les profanes.
« Hé. Par conséquent, nous avons plusieurs possibilités : si les Jokers ne sont pas suffisamment puissants pour arrêter cette guerre, ils ne le seront probablement pas pour arrêter les manœuvres dont nous parlons (qui mettraient d’ailleurs fin à la guerre de façon bien plus efficace qu’eux, ce qui est souhaitable même pour les vaincus). Si les Jokers sont aussi omnipotents que les As le prétendent, alors la seule explication rationnelle de la Bataille est qu’ils entretiennent cette situation consciemment. »
Il adressa un regard lourd de sens à toute la tablée, pour souligner le poids de ses propos. Puis reprit :

« Et dans cette hypothèse, s’opposer à une telle barbarie n’est plus un pêché, mais un devoir de la part des Cartes de toutes les nations. L’infiltration du peuple Métissé, en laissant à un peuple l'occasion de conclure cette débâcle, pourrait forcer les Jokers à intervenir ouvertement pour préserver leur jeu -et ce faisant, ils dévoileront leur aspect maléfique. Peut-être pourrions-nous même alors tous s'unir pour mettre une bonne fois pour toute fin à leur dictature (quoi que cela reste fort improbable au vu de l'antipathie irrépressible que s'inspirent mutuellement les Couleurs).
Mais bien sûr, tous ceci ne reste qu'un jeu de l'esprit. La vérité, mon bon Monsieur, c’est que je ne crois pas que ce cher Michael interviendra –à la place d’un dieu, j’aurais bien mieux à faire que de m’occuper des actions secrètes de chaque mortel, ne pensez-vous pas ?
»
avatar
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Sxib le Sam 12 Juil 2008 - 15:38

Vraiment intéressant ce type... Ainsi il serait pour une rébellion contre les Jokers ? Néanmoins il a commit une énorme erreur... Je comprends maintenant pourquoi je ne connais pas son odeur. Un Atout... L'ennemi juré des Jokers...

"Mon bon monsieur, vous me paraissez en savoir des choses... Ce que vous dites, aucune carte ne pourrait arriver à un tel raisonnement. Quel est donc votre secret ? Seriez-vous au-dessus des cartes ordinaires ?
Qui êtes-vous réellement ?"

Une décharge électrique le frappa au pied.

"Arg ! Une décharge électrique à Pesda ? On dirait bien que votre théorie se confirme... Et même plus. Michael serait pour la guerre comme les autres Jokers. Les métissés sont arrivés à Pesda... cela risque d'être une boucherie."
avatar
Sxib
Joker Renégat

Masculin
Nombre de messages : 42
Localisation : sur un compte... ou un autre...
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Auradore de Montnoctes le Dim 13 Juil 2008 - 20:16

"Les métissés ici ? Vous délirez completement voyons !! Cela ne ce peux, Pesda possède le système de défense le plus perfectionné de tout Decenta."

Mais se système pouvait trés bien être franchie, il en savait quelque chose, néanmoins l'idée que les métissés aient pu s'infiltrer jusqu'a dans la ville lui parraissait... iréel. Comment ce peuple si décousue il y à quelques années avaient pu en arriver là ?
Il semblait que les inconnues aient étés au courant de bien plus de chose que lui même
.

*Cette fois ci je ne laisserait pas filer l'opportunité, avec l'attaque je vais pouvoir fuire sans problème.*

Et les inconnus ? Il les laisserait en paix, ils ne présentaient plus de danger maintenant que la situation avait aussi radicalement changée.
Orion se leva.


"Messieurs faire votre connaissance m'a ravi, croyez le bien mais je vais y aller avant que cette masure ne s'éfondre sur moi. Je vous inviterai bien à en faire autant."

A peine eu t'il mis le pied dehors que l'ampleur du désastre pour Pesda lui apparut. Le ciel était noir de fumée, la foule paniquée courrait en tout sens au milieu des cris et de sourdes déflagrations.

Et il reprenait du service.


==> [Invasion Jill.]
avatar
Auradore de Montnoctes
Neuf de Cœur
Neuf de Cœur

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Le Pendu le Lun 14 Juil 2008 - 17:05

[Ce topic commence en même temps que l'hospitalisation de notre cher Ministre ... et s'achève en même temps que sa sortie d'hôpital. Cette discussion était si fascinante que je n'ai pas vu le temps passer, ou alors il s'agit d'un paradoxe temporel ...
Feignons de n'avoir rien remarqué. (sourire)
]

Après le départ du moins étrange des convives, l'amateur d'insecte resta un moment silencieux, l'air pensif, soucieux peut-être. Puis il repoussa sa chaise en arrière, se leva et rempocha prestement son stylo.
"Son dernier conseil était tout à fait raisonnable, n'est-ce pas ?", fit-il remarquer avec une nervosité contenue, à laquelle les hurlements et déflagrations brièvement entendues à l'ouverture de la porte n'étaient probablement pas étrangères.
"Il y a quelques minutes, j'aurais été prêt à jurer que ce que je décrivais n'aurait lieu que dans plusieurs années … Il faut croire que mes hypothèses les plus pessimistes ont une fâcheuse tendance à se produire effectivement sans que je le veuille le moins du monde."
Il fit un geste pour s'emparer du papillon qu'il avait immobilisé sur la table, mais eut beau le chercher du regard, il n'en retrouva pas la moindre trace -la bête paralysée s'était évaporée.
Il ne s'attarda pas sur le cas du lépidoptère, mais nota mentalement ce phénomène incongru tandis qu'il enroulait son journal pour le reprendre en main.

"Je suis désolé, Monsieur, mais je crains de devoir vous fausser compagnie. Il faut que je m'assure que ma famille est en sûreté …"
Pendant qu'il parlait, il s'était avancé vers la porte d'entrée à grands pas ; il l'ouvrit, et c'est alors qu'il se retourna vers le faux diplomate Cœur pour lui lancer un étrange :
"À la revoyure."
Il y avait dans ses yeux une étrange expression, où se mêlaient à parts égales la lassitude et la colère.
Puis il s'enfuit dans une rue qui n'était pas encore un champ de bataille, courut, et disparut au coin de la rue.
Pour être plus précis, immédiatement après avoir quitté le champ de vision supposé du dernier convive, l'étrange homme au journal pénétra dans un nuage de fumée d'origine incertaine, et n'en ressortit jamais. Du moins, pas sur Decenta Emdor.

Il rentrait chez lui … il abandonnait à contrecœur une discussion pourtant porteuse pour s'abrutir une fois de plus à jouer son rôle répétitif aux côtés de ses collègues, qui auraient grand besoin d'aide devant la vague d'individus à gérer. Inutile de déplaire plus qu'il ne le fallait à son unique mais redoutable supérieur.
Il faudrait attendre la décrue pour reprendre le dialogue, avec une autre personne. La longueur de l'attente serait propice à l'ennui, mais il survivrait.
Il en était toujours ainsi, par cycles d'environ un demi-siècle.
Ce n'en était pas moins lassant.
avatar
Le Pendu
Le Pendu
Le Pendu

Masculin
Nombre de messages : 29
Localisation : ailleurs, mais jamais très loin.
Date d'inscription : 28/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Sxib le Jeu 17 Juil 2008 - 0:15

[Mettons cela sur le pouvoir plus que défaillant de Sxib.]

Hey ? Il va où le mec ? Non, non, non, il devait lui parler ! Même pas eu le temps de réagir... Il sort, mais l'Atout avait déjà disparut... Il ne restait qu'un mystérieux nuage de fumée, disparaissant immédiatement. Les doigts argentés ne se referment que sur du vide... Il aurait bien voulu lui parler, c'est sûr. Rencontrer un Atout, voilà son but. Mais ce n'est pas pour cette fois apparemment.

Bon et maintenant ? Que faire ? Tant qu'à être à Pesda, autant prendre part à la guerre, au moins ça sera un peu amusant. Et puis les Atouts viennent toujours quand il y a une foule de morts...
Mais quel parti prendre ? Métissés ou Piques ? Ou alors rejoindre ce type qui venait de partir ?
Sxib n'avait vraiment aucun intérêt à ce que Pesda soit détruite... Vraiment aucun. Si Pesda était rasée, Maka se concentrerait sur le royaume Trèfle, le rendant surpuissant et pouvant raser le reste du monde...
De toute façon il n'avait jamais pu blairer ces métissés. Tous des bons à rien enfermés dans une soif de vengeance contre les purs.

Un sourire diabolique se peint sur son visage argenté... Mikaël... Fufufu, quel imbécile.

Le demi-Joker s'enfonça dans la ville, prêt à en découdre avec les Métissés, preuve en est encore que ce que l'Atout avait dit était juste : les jokers décident des guerres...
avatar
Sxib
Joker Renégat

Masculin
Nombre de messages : 42
Localisation : sur un compte... ou un autre...
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bar d'à côté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum