Touches blanches

Aller en bas

Touches blanches

Message par Wolfgang le Sam 20 Juin 2009 - 0:13

Les touches blanches descendaient lorsqu’un doigts d’enfants y appuyait. Le marteau frappait les cordes. Le son était engendré par la vibration produite. La mélodie se faisait lente et douce. Elle résonnait dans tout le sanctuaire.

Ses mains ce déplaçaient sur le clavier tel un papillon butinant d’une fleur à l’autre. Ses pieds atteignaient de justesse la lyre. L’enfant avait agencé sa respiration à la mélodie. Tout son être semblait vibré au même rythme que les cordes. La sensation lui était incroyable. Le garçon n’avait pas à penser. Ses doigts savaient quoi faire. Il les laissait aller sans retenu.

Il n’y avait personne. Lorsque l’Atout était entré, le silence l’avait enveloppé. Les Piques n’y venaient que très rarement depuis le début des attaques. La seul personne qu’il avait croisé été un moine à l’extérieur. Un simple sourire fut échangé. Il s’était promené dans l’enceinte du sanctuaire. Enfin, en ouvrant une porte au fond de la salle principale, il l’avait découvert.

C’était un piano à queue. L’instrument était vieux. La peinture avait perdu de son éclat. La poussière sur les touches montrait qu’il n’avait pas été utilisé depuis longtemps. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, le piano n’était pas désaccordé. Un tabouret avait été renversé.

Wolfgang n’avait pas pris la peine de refermer la porte. Depuis qu’il avait vu le piano, l’Atout n’avait plus contact avec la réalité. Le garçon était désormais dans son monde de portés, de clés, de doigtés, de silences, de soupirs, de notes.

Le Monde ne savait combien de temps s'était écoulé depuis qu'il avait commencé à jouer. À un moment, le moine était venu lui porter une chandelle et était repartit. Le soleil s'était couché il y avait de cela une demi-heure environ.


Dernière édition par Wolfgang le Sam 20 Juin 2009 - 19:48, édité 1 fois
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Sam 20 Juin 2009 - 13:12

Les bougies sont un moyen d'éclairage assez intéressant, même si les Piques leurs préfèrent largement la grande variété des lampes électriques et à plasma depuis que la technologie est au point, laissant celles-ci tout remplacer à part dans certaines occasions (cérémonies traditionnels ou rendez-vous galant) dans lesquelles les chandelles et autres candélabres ont encore leur chance. Et encore.

Ils trouvent ce mode d'éclairage trop primitif, trop limité, et surtout trop Cœur, avec cette flamme qui s'agite bien trop près de leurs yeux de créatures du froid. Ce qui, aux yeux de Jack, est bien triste, pour un certain nombre de raisons.

Tout d'abord, la bougie a un certain pouvoir fascinant. Cette flamme qui s'agite doucement au gré des courants d'airs et des souffles, comme une créature attachée à la mèche qui verrait lentement sa fin approcher en se débattant pour y échapper dans une scène poignante, peut parfois capter l'œil et ne le relâcher qu'à contrecœur, voire pas du tout. Un tel spectacle ne mérite pas d'être oublié et rejeté comme ça.
Ensuite, sa durée d'éclairage limitée, un défaut au premier abord, est en fait un formidable avantage, puisqu'elle permet de conserver la notion du temps sans se déconcentrer de ce qu'on est en train de faire (à part pour regarder la flamme). La bougie n'a pas ce côté stressant qu'une horloge et un réveil peuvent avoir, elle rappelle à la réalité discrètement, en s'éteignant doucement dans un son étouffé et en plongeant son spectateur dans le noir.
Et puis surtout, cet éclairage laisse beaucoup de zones d'ombres dans lesquelles un Joker peut se dissimuler.

Assis sur un fauteuil dans les ombres au fond de la salle, dans un costume impeccable comme toujours, Jack observait sans bruit le petit joueur de piano. Lorsque son informateur du temple, chargé de lui rapporter des phénomènes inhabituels par une légère manipulation de son subconscient, lui avait signalé qu'un gamin jouait du piano depuis plus de quatre heures déjà, Jack avait sauté sur l'occasion. Entre le Jacobien qui était parti faire ses recherches sur Mikaël et Rony qui continuait d'imposer son inacceptable loi, la maison était devenue opressante pour lui, et il avait bien besoin d'air. Alors pourquoi pas un concert gratuit fourni par un joueur étrangement infatigable ?

De fait, la musique était belle en plus. Et sans l'ombre d'une fausse note, ce qui était assez impressionnant. Ses sons résonnaient dans les voûtes du sanctuaire de Maka rénové au fil des ans, étrange structure entre le classique et l'ultra-moderne, alors que Jack faisait son entrée. Remerciant son informateur et lui suggérant qu'il était temps pour lui d'aller se coucher, Jack avait pris son apparence pour offrir l'éclairage particulier d'une bougie à Wolfgang, qui ne s'était même pas rendu compte du caractère étrange de l'éclairage offert venant d'un Pique tant il était absorbé par sa musique, avant d'aller s'asseoir au fond de la salle en reprenant son apparence usuelle.

La bougie était faite pour se consumer lentement, et deux heures de plus s'écoulèrent dans le sanctuaire. Toutefois, il vint un moment où les coulées de cire brûlante s'écoulaient dangereusement vers l'instrument, aussi Jack décida qu'il était temps de signaler sa présence à l'étrange pianiste et d'en apprendre plus sur lui, et vint donc les ôter sans modifier son apparence. A main nue.
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Sam 20 Juin 2009 - 21:31

Son ombre calquait ses moindres mouvements. Chaque petit geste reprenait vie sur le mur derrière lui. Ces mains se déplaçaient de plus en plus vite sur le clavier. Un nouvel univers se créait autour de lui. Seul le Monde pouvait le voir. Les crescendo et les decrescendo se succédaient formant ainsi le mouvement du champ dans le vent.

Les hautes herbes pliaient sous la puissance du souffle de la nature. Tout autour, il y avait une forêt d’où lui parvenait le chant des oiseaux. On pouvait même entendre, en tendant l’oreille, un ru un peu plus loin. Le garçon se trouvait au centre de ce monde. Il avança dans cette étendue laissant ses mains frôler le dessus des herbes. Un papillon lui effleura la joue.
En portant son attention sur le ciel, l’Atout remarqua les nuages menaçants. Un premier éclair zébra l’espace au dessus de sa tête. Le tonnerre suivit quelques secondes plus tard. Le vent augmenta d’intensité. Le foulard de Wolfgang s’envola au loin. La nature se déchaînait. Enfin, la pluie se mit à tomber. L’Atout aimait croire que c’était les cieux qui déversaient leurs larmes face aux souffrances des cartes. Il leva les bras. Il orchestrerait ce monde.

C’est alors qu’il fit la première fausse note depuis le début. Son univers disparut comme la lumière lorsque l’on éteignait une chandelle. Et c’était, là, la cause de son erreur. La vingt-et-unième lame déposa ses mains sur le dessus de l’instrument. Il sentait la sueur perler sur son front.

Il s’attendait à voir le moine lui signaler qu’il était l’heure de quitter. Mais lorsque le garçon releva la tête...

Wolfgang se leva précipitamment renversant le tabouret. Ne voulant croiser à nouveau ce regard, il fixa ses pieds. L’Atout remarqua son foulard au sol. Le petit se pencha pour le ramasser. Il ferma les yeux pour faire le vide. Le garçon devait avoir mal vu. Ce ne pouvait être vrai.
Il n’y avait pas de doute. Le Monde le reconnaissait très facilement. Comment pourrait-il se tromper alors qu’ils étaient ennemi. L’enfant se trouvant en face de lui le dépassait de deux pouces. Tout en lui soufflait sa puissance. Son coeur s’emballa. Sa chemise lui collait à la peau. Ses mains qui venaient jouer durant six heures tel une brise se crispèrent sur son foulard. L’Atout faisait tout pour ce contrôler. Il recula de deux pas manquant presque de tomber au travers des pattes du banc.

-Je... Pardon... Je ne savais. Si j’avais su... Vous ici...

Le Monde ne savait quoi faire. Après le premier choc, le garçon avait retrouvé son sang froid habituelle. Il espérait que le Joker gris ne le sonde pas. L’Atout n’avait pas le droit de se promener seul. Et surtout pas le droit que l’un de leurs ennemis s’intéresse à lui. Le garçon avait manqué de discrétion. Il devait jouer les Cartes ce qui le répugnait.

-Veuillez me pardonner pour mon attitude, monsieur.

Wolfgang fit une révérence tout en évitant le regard du fils de Maka.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Sam 20 Juin 2009 - 22:48

*Tiens donc, on se connaît ? C'est intéressant, parce que moi je suis à peu près sûr de ne t'avoir jamais croisé...*

Ainsi pensait Jack face à la réaction de recul brutal du pianiste. Le pianiste avait manifestement eu peur de quelqu'un. Restait à savoir si c'était vraiment de lui ou d'un autre. En effet, dans le premier cas, ça avait une implication très inquiétante : son existence et sa nature Jokerienne étaient connues en Pesda, et il pouvait donc potentiellement remonter jusqu'aux oreilles de sa mère qu'il se servait de la ville comme d'un terrain de jeu.

Tout ceci était à creuser. D'urgence. Aussi Jack tenta-t'il de tendre un piège à son interlocuteur, lui disant tout en surveillant très attentivement ses tics et réactions.

"Vous effrayez pas ! J'crois que vous vous trompez de personne ! J'suis pas l'As, j'vais pas vous manger parce que vous avez touché au piano ! En plus c'est trop beau c'que vous jouiez...

Et puis même l'As il vous en voudrait pas vous savez. C'est quelqu'un de gentil, il est juste triste parce que personne vient à ses sermons. Alors quelqu'un qui donnerait un peu vie à l'endroit, ça pourrait que lui plaire..."


Jack tendit la main avec un sourire amical

"Moi c'est Jack, et vous avez rien à craindre de moi ! J'suis l'fils du moine !"
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Dim 21 Juin 2009 - 0:07

L’atmosphère se détendit un peu. Mais juste un peu. L’Atout recommença à respirer normalement. L’autre ne semblait pas vouloir se faire reconnaître. Le garçon eut un léger retroussement des lèvres, mais pas assez pour appeler cela un sourire. Le Monde serra la main de son interlocuteur.

-Enchanté...heum... Jack? Vous pouvez m’appeler Wolfgang. Je suis navré. J’ai cru que c’était... une autre personne. C’est fou. Vous lui ressemblez trop.

Le garçon secoua la tête. Il sourit au «fils du moine». Mieux valait entrer dans son jeu. Le Monde pourrait peut-être en apprendre un peu plus sur Jack. La vingt-et-unième lame se permit de regarder en face l’autre garçon. Une lueur amusé passa dans le regard de l’Atout.

*Il me prend pour un sot? Même la plus stupide des Cartes remarquerait son habit chic. C’est pas un fils de moine qui porterait ça.*

-Merci pour le compliment, mais c’est seulement de la pratique. Je ne sais plus c’est de quel compositeur. Jo... Bet... J’ai vraiment un trou de mémoire. C’est pas croyable. Je ne vous avais pas entendu arrivé. Est-ce que vous êtes entrer au même moment que votre père? J’était dans mon monde.

Son ton de voix semblait vraiment désolé. Il rattacha son foulard autour de son cou et rajusta sa chemise. Ses talents d’acteur était cependant mis à rude épreuve. Mentir à des cartes était facile. Là, c’était autre chose. Le Monde espérait être convainquant. C’est en regardant les chaussures du Joker qu’il ne put se retenir.

-Je vous trouve bien chic cher Jack.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Dim 21 Juin 2009 - 10:22

"Ho ça ?", dit Jack en montrant son costume, "C'est un cadeau de maman...

On appelle comme ça les paquets qui arrivent au sanctuaire de temps en temps. Il y a toutes sortes de jolies babioles dedans, et il paraît qu'elles sont pour moi, et que quand j'étais petit maman a dû me poser dans un panier devant la porte du sanctuaire parce que papa voulait pas de moi, mais que depuis elle s'arrange pour m'envoyer des câdeaux.

Alors après pour moi mon pôpa c'est le moine. Mais je suppose que ça se fait pas de le dire"


C'était un peu gros mais ça se devait d'être essayé. Puis il restait ensuite à tenter quelque chose.

"Quand vous dites que je ressemble à quelqu'un, vous pensiez à qui ? J'ai pas croisé beaucoup d'enfants qui me ressemblent, mais en même temps il y en a pas beaucoup dans le coin...

Peut-être un adulte ? Peut-être Venom ?"


Jack rit d'un rire qui sonnait presque parfaitement vrai, et gambada vers une table pour y attraper une idole de Maka sur une table proche, avant de revenir et de dire en surveillant attentivement les expressions de Wolfgang, entre deux éclats de rire :

"Ou peut-être elle ?"
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Dim 21 Juin 2009 - 19:38

-Je suis désolé pour votre mère. Ça a dû être un choix difficile pour elle. Une mère c’est fait pour aimer son enfant. Moi, ma maman m’aime trop. Je serais incapable de ne pas savoir qui sont mes parents biologiques. Le bon côté, c’est qu’elle vous envoie des cadeaux.

Il eut un haussement d’épaule et un sourire triste. L’Atout devait se créer un monde pour être comme un carte. Au fur et à mesure que la discussion avançait il avait tout décidé.
Son père et sa mère n’ont eu que lui. Ils vivent dans un appartement modeste de Pesda. Son père était un policier. Sa mère, elle, restait à la maison pour s’occuper de Wolfgang, faire à manger, emmener le garçon à ses cours de piano, faire le ménage, aller chercher leur fils à l’école. L’horaire chargée du garçon ne lui permettait pas d’avoir beaucoup d’amis. Et ça ne le dérangeait pas. Les autres enfants étaient trop bruyant. Durant les récréations, il avait accès au local de musique pour pratiquer. Sa vie tournait autour d’un piano à queue. Il s’était retrouvé au sanctuaire par curiosité. Wolfgang n’y était jamais venu parce que son père le lui interdisait.
Il devait croire en cet univers s’il voulait tromper le Joker.

Il haussa à nouveau les épaules.

- Je ne sais où... lorsqu’il est temps de me rappeler j’ai un blanc. Ce n’est pas croyable. Je veux dire... mes doigts peuvent jouer une oeuvre complète sans partition et moi je ne me rappelle pas à qui vous me faites penser. Navré.

L’Atout se cogna deux fois la tête comme si ça ramènerait ses souvenirs. Il rit avec Jack. Seulement ce rire devint jaune lorsqu’il vit que l’autre lui présentait l’idole de Maka. Le Monde recula. Il devait jouer les enfants apeurés, mais son regard devint dur.

-Non pas à elle... surtout pas. Mon papa dit qu’elle a un monstre en elle. Elle tue des personnes pour aucune raison qu’il dit. Et que si je commets une faute lors de mes concerts, elle va me manger.

Même si son regard pouvait le trahir, la crainte transperçait sa voix.

*Il me teste pour savoir si l’enfant devant lui le connaît vraiment. Reste dans le monde que tu as créé. Tu n’es plus un Atout mais un gosse de Pesda.*

La vingt-et-unième lame bailla.

-Faudrait que je retourne chez moi. Maman va s’inquiéter.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Dim 21 Juin 2009 - 22:45

Jack tiqua devant les réactions mal maquillées de l'enfant face à l'idole de Maka. Manifestement l'enfant ne faisait pas erreur sur la personne. Dommage. Pour Jack comme pour l'enfant, parce qu'il allait falloir trouver ce qu'il savait exactement, même s'il fallait pour ça employer la manière forte.

Face à l'enfant qui faisait mine de partir, Jack claqua la porte de la pièce d'une pichenette. Dans le silence qui suivit, on entendit la serrure se verrouiller d'elle-même. Le masque d'enfant sage de Jack s'était désormais effacé en faveur d'une expression dure, presque dénuée d'humanité.

"Pas si vite, petite Carte, nous n'en avons pas encore fini."

Le ton de la voix avait changé, lui aussi, pour un autre, suave, mais qui avait aussi le caractère impératif des mots prononcés par une personne qui n'a pas l'habitude qu'on lui désobéisse.

"Nous savons tous les deux que nous racontons n'importe quoi depuis tout à l'heure. Et je suppose que nous étions deux à avoir des raisons de le faire. Maintenant, je ne sais pas pour toi, mais personnellement je pense que je trouverais la vérité à ton sujet autrement plus intéressante et instructive."

Une bouteille et deux verres se matérialisèrent aux pieds de Jack, qui attrapa la première pour remplir les seconds. Puis la bouteille s'évapora, et Jack pris le premier verre en tendant le second à Wolfgang. Deux fauteuils se matérialisèrent, un derrière Jack et un derrière l'Atout.

"Ce sanctuaire est dédié à ma mère donc je pense que par hérédité je peux me considérer comme ton hôte en son absence. Et toi comme mon invité. C'est pourquoi je t'invite cordialement, cher invité, à prendre un siège en ce sanctuaire et à discuter avec moi du sujet suivant : que sais-tu exactement de Jacob Tytree, l'individu qui se trouve en face de toi ? Et de qui tiens-tu ces connaissances ?

Il me semble en effet que nous avons quelques... arrangements à conclure à ce sujet. Et que de mon côté j'aurais aussi quelques petites choses à t'apprendre, qui t'intéresseraient sans doute particulièrement, si tu te montres suffisamment coopératif."


Jack capta un regard de Wolfgang en direction de la porte, et ajouta :

"Oh, j'aurais préféré évité d'avoir recours à ce genre de stratagèmes, sais-tu, mais tu semblais assez pressé de partir et de mon côté j'avais un besoin assez urgent que tu restes, mon cher Wolfgang"

Jack s'assit dans un fauteuil en sirotant le contenu de son verre doucement.

"Je t'écoute, petite Carte."

[Note : La bouteille contenait une sorte de jus de pommes caramélisé, au cas où tu voudrais le boire. Jack prend soin de ses "invités", mais n'a aucun sens de la boisson alcoolisée ^^]
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Lun 22 Juin 2009 - 0:47

[J'espère que ça ira]

*Je suis foutu.*

Le bruit de la porte le fit fermer les yeux. Il s’en suivit celui de la serrure. Le piège c’était refermé sur l’Atout. Le garçon n’arriverait pas à ouvrir la porte, il le savait. L’enfant soupira. Il s’était trahi lui-même. Pour une simple représentation de Maka.

Un frisson lui parcourut le dos. La voix de Jack ne ressemblait plus à celle d’un enfant de dix ans. La même tonalité, certes, mais non la même puissance. Wolfgang écoutait sans regarder le Joker en face. Une rage l’emplissait. Son secret allait être révélé d’une façon ou d’une autre.

-Je...

L’Atout ne continua pas sa phrase. Pour le moment, ça ne servirait à rien. Il prit dans ses mains le verre que lui tendait Jack avant de s’asseoir sur le bout du siège. Le garçon essayait de se faire le plus petit possible espérant presque disparaître. Peine perdue. Ce n’était pas son pouvoir.

Durant que le Joker parlait, Wolfgang jouait avec le contenu de son verre le faisait tourner d’un sens puis de l’autre. Enfin, il porta son attention vers la porte. Peut-être que... Ses espoirs furent vain. L’enfant en face de lui avait intercepté son regard.

*Ses arrangements, il peut se les mettre où je le pense. Un Joker n’est jamais digne de confiance. Ils sont la cause de tous les problèmes. Je suis le Monde. Je ne peux me permettre de marchander avec lui.*
En relevant la tête, Wolfgang enleva tout émotion de son regard. Il se racla la gorge avant de commencer d’une voix neutre.

-Je sais qui vous êtes parce que j’écoute. La musique aiguise les sens et surtout l’ouïe. Les grands m’oublient souvent. Ils parlent des affaires d’adultes croyant que je ne l’ai écoutes pas. Mon père ne croit pas en vous. Et je suis venu ici pour savoir pourquoi. Je ne peux rien vous dire de plus.

La rage comment à se sentir dans sa voix. Plus l’Atout parlait, plus il pensait à sa sale de mère.

-Sauf une chose...

Tout son corps tremblait. Il en avait les larmes aux yeux. Le Monde avait l’impression qu’il parlait pour tous ceux qu’il avait rencontrés et qui avait souffert de leurs atrocités.

-JE VOUS DÉTESTE, VOUS ET TOUS LES AUTRES.

Sur ce, il se précipita vers la porte.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Lun 22 Juin 2009 - 21:49

La porte était toujours verrouillée, Jack le savait, donc il laissa le Monde s'escrimer dessus un moment. Puis il attrapa l'Atout par le biai d'une étrange force magique, qui le souleva dans l'air, battant des pieds et des mains, et le replaça sur son fauteuil de force, en l'écrasant dessus.

Des chaînes et cadenas firent ensuite leur apparition sur ce dernier, liant les jambes, les bras, et le cou du Monde à son siège en des cliquetis sinistres. Puis l'effort qui plaquait l'Atout à son fauteuil se relâcha.

Jack respirait bruyamment, et sa voix se fit sifflante et glaciale quand il reprit, se penchant sur son otage, tentant toujours de garder un soupçon de dignité mais virant de plus en plus bestial, grognant et feulant sous l'effet des efforts mentaux répétés et de la rage qui le parcourait désormais de façon visible :

"A ma connaissance, tu n'avais jusqu'à il n'y a pas très longtemps aucune raison de me détester, même si c'est en voie de changer de plus en plus vite si tu continues de m'énerver. QUE SAIS-TU DE MOI ET DE QUI LE TIENS-TU ??? PARLE !!!"

Jack ferma le poing en faisant blanchir ses articulations jusqu'à la moitié de chaque doigt, et une force s'appliqua sur le cou de l'Atout, assez pour le faire suffoquer.

"Parle tout de suite si tu ne veux pas que j'extirpe de force ces informations de ton cadavre. Je suis sûr que tes amis, quels qu'ils soient, te préfèrent vivant que mort, à choisir."

La peau du Joker avait viré à un gris cadavérique de très mauvaise augure, surtout associé au rictus cruel qui parcourait son visage.
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Mer 24 Juin 2009 - 0:47

Le choc fut rude. Les chaînes étaient froides sur sa peau. Elles l’éraflèrent au passage avant de le cadenasser. L’Atout avait peine à respirer. L’enfant paraissait tellement petit dans le fauteuil. Puis, il put respirer. La première bouffée d’air produit un râle. Il n’avait pas eut le réflexe de remplir ses poumons. Seulement huit secondes et sa poitrine le faisait souffrir. Les autres respirations furent comme un baume.

Le Joker était devenu dans une colère noire. Sa tête touchait presque celle du Monde. Le garçon détourna la tête. Il pouvait sentir le souffle de son assaillant contre sa joue. Chacune de ses paroles était comme une aiguille transperçant la peau de Wolfgang.

L’Atout vit les jointures du Joker se décolorer. L’enfant ligoté à sa chaise déglutit difficilement. Il ne pouvait avouer qui il était réellement, mais ne souhaitait terminer ses jours dans une pièce sombre situer dans un sanctuaire destiné à son ennemie qui était aussi la mère de Jack.

Rassemblant son courage, Wolfgang le fixa directement dans les yeux du Joker. Sa voix tressaillit lorsqu’il prit la parole mais ne quitta pas l’autre du regard.

- Ils me croient sûrement déjà tous mort, monsieur. Ou perdu dans le froid dehors ce qui revient à la même chose. Je vous l’ai dis. C’est mon père qui m’as parler de vous.

Étrangement, la voix de la vingt-et-unième lame était calme. Même sa peur avait disparu. Une confiance émanait désormais de lui. L’Atout se rapprocha du Joker pour lui parler à l’oreille. Il ne répétait que ce qu'il avait entendu lors de ses excursions.

- Mon père n’est pas n’importe qui. Il m’a appris tout ce que je sais. Vous vous appelez Jacob Tytree. Votre mère est la grande Maka Tytree. Je ne peux vous dire celui de votre paternel. Le mien n’a pas voulu me le dire. Vous êtes plus vieux que vous ne le paraissez. Et comme tous les autres Jokers, les Cartes vous craignent.

Sans le vouloir, le Monde avait créer un nouvel univers autour de lui. Les murs du sanctuaires avaient disparu pour une seconde fois. Une lune brillait dans une mer d’étoile. Un souffle chaud traversait la plaine qui s’étendait à l’infini. Au travers, on entendait la voix de millier de Cartes. L’ombre d’un arbre se profilait à l’horizon.

L'Atout eut un léger sourire. Il n'avait plus connaissance du danger réel de la situation.

-C'est tout ce que je peux dire, monsieur.

Wolfgang avait appuyé sur ce dernier mot.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Mer 24 Juin 2009 - 16:59

Jack sourit, de plus en plus largement. Puis éclata de rire, de plus en plus fort, relâchant la pression sur le cou de Wolfgang au passage. Il riait à gorge déployée, d'une façon assez inquiétante au vu des circonstances.

*Joli jeu d'acteur. Si même comme ça il ment encore, il va falloir trouver une autre technique. Essayer de déstabiliser peut-être ?*

"Tu es courageuse, petite Carte. Tu n'as pas froid aux yeux quand il s'agit de mentir à quelqu'un qui a pleins pouvoirs sur ta vie.

Belle performance théâtrale, si il n'y avait pas juste un détail qui cloche, je me serais presque fait avoir."


Jack reprit son air le plus sérieux.

"Et si tu me parlais davantage de ces personnes dont tu parlais au début, qui te croiraient mort, avant de détourner l'attention sur ton... père ?"

Jack s'assit, et but une part du contenu de son verre d'un air pensif.

*Je ne pense pas qu'il dise la vérité. Si il y avait eu une grosse fuite d'information sur moi, une de l'ampleur qu'il décrit, je l'aurais su... Néanmoins, j'ai peine à croire qu'il mentait totalement comme je l'affirme gaiment... Sa voix avait un tel accent de vérité...*

Tout en restant perdu dans ses pensées et en lorgnant son verre dans lequel il faisait tourner le liquide, il dit dans le vague :

"Tu as tout le temps que tu veux pour répondre... Mais il va bien falloir que tu le fasses un jour..."
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Mer 24 Juin 2009 - 21:34

Le rire transperça le silence de la plaine. Une nuée d’oiseaux traversa les cieux effrayés par ce son inquiétant. Wolfgang pu enfin respirer normalement. Les chuchotement du vent se turent. La voix de Jack se perdait dans l’espace vide.

*Libère ton esprit. Oublie tout tes liens avec les Atouts. S’il apprend, ils sont tous en danger. Pense à l’Impératrice, la Papesse et aux autres. Reste dans ce monde. Tu es une simple Carte. Jack ne sait rien des Atouts. Ne soit pas celui qui lui fera découvrir notre race.*

Wolfgang garda le silence un long moment. L’Atout préparait son explication. Il regardait le verre du Joker. Le mouvement du liquide l’hypnotisait. L’enfant secoua la tête.

Son visage n’exprimait aucune émotion. Le Monde parla avec la même intonation de voix que la fois précédente.

- Ce sont les amis à mon père. Ils sont plusieurs à renier les Jokers. Ces personnes sont comme une famille pour moi.

L’Atout n’en dirait pas plus. C’était une déformation de la vérité.

Un nuage passa devant la lune. Tout devint noir. Une pluie fine commença. Le vent s’évanouit emportant les milliers de voix. Wolfgang se retrouvait désormais seul face au Joker. Il n’y avait plus personne pour supporter l’Atout. Très vite, il fut mouillé.

Le Monde ne sentait plus les extrémités de son corps. La pression sur son cou s’était relâchée, mais non celle sur le reste de son corps. L’enfant voyait ses mains devenirs de plus en plus bleuâtre.

-Pardon, mais mes mains...elles...

Il regarda Jacob. Il était las. L’Atout savait d’une façon ou d’une autre il allait mourir. C’était inévitable. Qu’il se révèle être une menace à son oppresseur étant un Atout ou que le garçon ne dise rien donnerait le même résultat.

Il sentait la pluie sur son visage. Ou peut-être était-ce ses larmes. Du moins sa chevelure était mouillée. Il en était certain. En pas seulement fictivement.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Jeu 25 Juin 2009 - 0:20

*Son fil de pensée serait presque logique si il n'y avait pas cette remarque qu'ils le croient mort. Mais mieux vaut rien n'en laisser rien paraître.

Quoiqu'il arrive, avérée ou fictive, cette piste est ma seule piste...*


Les fauteuils se retrouvèrent en un instant devant le sanctuaire. Il pleuvait. Dans la nuit noire qu'il était maintenant, personne ne prêta attention à l'apparition de la paire de fauteuils dans la rue. Pour la bonne raison qu'il n'y avait personne.

"...et il faudra bien l'amener jusqu'à son terme" marmonna Jack pour lui-même, sans trop s'en rendre compte.

Le Joker s'approcha de Wolfgang, et posa sa main sur la sienne, immobilisée. En toute discrétion, et en un instant, il apposa une marque sur cette main de Wolfgang. Invisible pour des yeux humains, cette marque brillait comme un phare dans l'esprit de Jack : à tout instant, celui-ci saurait dorénavant où se trouvait la Carte d'une simple pensée.

*A partir de maintenant, tu es mon appât. Mais un appât ne sert que s'il n'a pas conscience de l'être, donc il va me falloir trouver une excuse pour le relâcher... Heureusement, j'en ai une !*

Comme si c'était son intention première, Jack brisa les chaînes du fauteuil de Wolfgang, et, attrapant sa main plus fermement, le tira hors de ce fauteuil, en l'aidant à se maintenir debout le temps que le sang revienne dans ses jambes. Puis il lâcha la main de Wolfgang.

"Conduis-moi chez toi !", ordonna Jack.

Le Joker offrait à Wolfgange une occasion en or de le semer, de s'échapper. Il n'avait qu'à la saisir... Mais le plus délicat serait de savoir quand arrêter les poursuites pour qu'il ne se doute de rien...
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Jeu 25 Juin 2009 - 2:03

L’Atout regarda autour de lui comme s’il sortait d’un rêve. Il n’y avait pas âme qui vivent. Même le réverbère n’offrait aucune lumière.

Il sursauta lorsque Jack posa sa main sur la sienne. Le Monde ne s’était attendu à ce contact. Un frisson lui remonta le bras. Instinctivement, il fixa sa main. L’enfant aurait tout donné pour pouvoir la retirer.

Les chaînes avaient laissé leur empreinte sur les membres du la vingt-et-unième lame. À certains endroits, le sang coulait vite diluer par la pluie. Ses jambes se dérobèrent sous son poids lorsque le Joker le tira de son siège. L’autre garçon soutint l’Atout avant de le relâcher.

Wolfgang se sentait encore incapable de marcher. Jacob lui demandait de le conduire chez lui. L’Atout ne pouvait dire que ça maison ce trouvait très loin d’ici. Il s’assit durant cinq minutes pour retrouver le plein moyen de ses jambes. Puis, il se redressa et commença à marcher.

Gauche. Droite. Tout droit. Gauche. Le Monde ne savait où aller mais il avançait dans la nuit. Le bruit de leur pas se répercutaient sur les murs des maisons. Un couple de Cartes, main dans la main, traversa la rue un peu haut sur la rue.

L’Atout fit un mouvement vers eux mais une légère pression sur son épaule l’en empêcha.

Les deux garçons arrivèrent sur un viaduc. Wolfgang regarda le ciel.

C’était rare qu’il pleuve à Pesda. Le plus souvent, il neigeait. Le royaume des Piques était donc dans leur saison la plus chaude. Malgré tout, une buée se formait à chaque respiration.

Puis, la pluie fut illuminée.

*Maintenant.*

L’Atout monta sur le parapet et sauta par dessus. Il chuta avec de ressentir un grand choc.

Un camion-benne venait de passer sous le viaduc.


Dernière édition par Wolfgang le Jeu 25 Juin 2009 - 21:22, édité 1 fois
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Jack le Jeu 25 Juin 2009 - 8:30

[Jolie, l'explication pour la pluie ! ;)]

Jack se posa sur le bord du pont et scruta l'horizon.

*Bon. Là c'était trop gros. Le bruit de chute m'aurait alerté de toutes façons*

Jack sauta d'un bond gigantesque et totalement irréaliste qui l'amena juste à côté de Wolfgang dans le camion-benne. Le Joker se posa en douceur, fit jaillir une flamme de sa main pour s'éclairer, et regarda Wolfgang avec un sourire mauvais.

"Ca a l'air compliqué le chemin jusqu'à chez toi... Tu es sûr que c'est par là ? J'ai du mal à croire que tu prennes ce chemin tout les jours, surtout pour remonter le pont dans l'autre sens..."

Devant l'air dépité et déconfit de Wolfgang, Jack sourit à pleines dents.

*Essaie encore, petite Carte, essaie encore. Je suis sûr que tu peux faire une meilleure tentative d'évasion que ça...*

Jack étouffa un baîllement : la nuit commençait à se faire longue, d'autant qu'elle était assez épuisante...
avatar
Jack
Joker Gris
Joker Gris

Masculin
Nombre de messages : 177
Age : 28
Localisation : Devant un ordi
Date d'inscription : 23/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Wolfgang le Jeu 25 Juin 2009 - 23:05

La flamme illumina l’intérieur de la benne. Le Monde reposa sa tête sur l’un des nombreux sacs à ordures. Son bras droit le faisait souffrir. Lors de son atterrissage, le garçon était atterri dessus. Wolfgang avait espérer que le Joker ne le suive pas, mais le voilà à nouveau pris.

L’Atout ne prit la peine de répondre. Cela n’aurait servi à rien.

La benne était rempli au trois-quart et la vingt-et-unième n’avait qu’à allonger ses bras pour toucher le rebord. L’enfant réussit à se soulever. Lorsque la camion stoppa, Wolfgang descendit une petite échelle sur l’un des côtés. Puis se sauta le dernier mètre qui le séparait du sol. Le nouveau choc le fit grimacer. L’Atout colla son bras droit contre sa poitrine. Il le sentit enflé au niveau du poignet.
Le feu de circulation redevint vert un instant plus tard. Sans attendre, l’Atout recommença à marcher. L’enfant avait réussi à distancer Jack d’une dizaine de mètre. Il marcha ainsi jusqu’à arriver à un bosquet de petits arbres.

Wolfgang ne jeta pas un seul coup d’oeil en arrière pour voir où en était rendu le Joker. L’Atout sprinta le plus rapidement pour s’enfoncer dans la nature. Les arbres n’offriraient certainement pas de cachettes pour un adulte, mais ils étaient juste assez gros pour permettre à un enfant de se dissimuler.

Le Monde trouva ce qu’il cherchait.

La nature s’effaçait devant lui. Un petit escarpement d’environ deux mètres. En plus, la pierre avait été creusée par l’érosion ce qui lui permettrait de disparaître par un observateur au dessus de lui.
Il y descendit.

Le garçon s’obligea à calmer sa respiration. Il releva la tête lorsque des bruits de pas se firent entendre. L’Atout plaqua sa main valide sur sa bouche.

*Pourvu qu’il ne m’entende pas.*

Le Monde replia ses jambes jusqu’à ce que ses genoux touchent sa poitrine. Il ferma les yeux avant de disparaître. Wolfgang se retrouva dans le royaume des morts. Il était sain et sauf... pour le moment.
avatar
Wolfgang
Le Monde
Le Monde

Féminin
Nombre de messages : 195
Age : 27
Date d'inscription : 06/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Touches blanches

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum